Lumière d’hiver

Chaque saison a sa lumière, et celle de l’hiver s’avère parfois très spéciale. De plus, beaucoup de sujets prennent une toute nouvelle allure lorsqu’ils sont recouverts de givre, de glace ou de neige. Puisque le cycle saisonnier de lumière naturelle, du lever au coucher soleil, est beaucoup plus court en hiver, les ‘’moments propices » » de lumière s’en retrouve raccourcis. Cette lumière changeante semble éphémère comparativement à celle de l’été. Ce qui la rend spécial à  mon avis, c’est le fait que le soleil dessine un arc plus bas qu’en toutes autres saisons. Cette lumière latérale crée des textures uniques sur les sujets qu’elle touche. Parmi les conditions météorologiques, ont y retrouve, la poudrerie, le verglas, la glace, la neige et la brume, tous des éléments qui contribuent à rehausser l’image en reflétant l’essence de la saison hivernale.

À la recherche de sujet

Par une soirée de fin de tempête en 2004, j’admirais la façon dont la neige recouvrait avec douceur les formes de l’escalier menant à mon portique, ainsi que l’ombre de la ridelle sur la neige. Les formes harmonieuses déclenchent en moi un sens d’appréciation difficile à expliquer. Il suffisait de cadrer de façon à mettre l’emphase sur ces formes en éliminant tout autre sujet de distraction. La dernière étape dans ce sens fut de convertir cette image en noir et blanc.CP-00313-07-H-CD001-10.0-JPB

Les conditions sont souvent propices le lendemain d’une tempête, j’adore voir les arbres recouvert de tout ce duvet blanc. Dans la photo qui suit, j’ai décidé d’inclure cette longue branche de pin rouge de façon à créer un encadrement naturel. Vous remarquerez que cette démarche permet de réduire l’effet du point fuyant, ce qui encourage l’œil à s’attarder sur le lieu immédiat plutôt que fuir profondément à l’horizon.

paysage  hiver arbres-3241

En contradiction, vous remarquerez que l’image suivante encourage l’œil à fuir vers le point éloigné à l’horizon. C’est ce qu’on appel communément, le point fuyant.

paysage  hiver pins-3231

L’image n’est pas toujours devant nous. Une bonne habitude que j’ai développée avec les années, est de regarder en arrière lorsque que je me promène. Dans la photo suivante, je me suis servi de mes pistes dans la neige comme  outil visual réel, qui emmène l’œil plus profondément dans la scène. Le ciel orageux fut le premier élément qui attira mon attention.

paysage  notre maison nos champs hiver pins-3225

Le nirvana du photographe est quand la lumière est de la partie en combinaison avec les formes. Durant l’hiver 2006. Ces arbres n’avaient qu’en moyenne 6 pieds de hauteur. Aujourd’hui, ils font plus de 20 pieds. Pour moi, ces photos deviennent témoins de ma vie et de mon évolution en temps que photographe.

SC-00562-06-H-CD001-5.3-JP

Les journées nuageuses en générale, offrent un aspect noir et blanc aux photos. À ces occasions, il est bon de mettre l’emphase sur les formes, la texture et bien sur, la composition. En cette journée de janvier 2014, la Baie des Chaleurs était exceptionnellement calme. Mon attention fut attirée sur les capuchons de neige recouvrant les petits rochers au bord de la grève. Le design de la glace en avant plan à servit de base ‘’guide l’œil’’ en contraste avec le calme de l’eau et du ciel.

Baie des Chaleurs glaces paysage  hiver -3103

Par un matin frigide du mois de novembre, je me suis attardé à admirer le gèle sur ces plantes de mon jardins. La conversion en noir et blanc à mon avis, permet de se concentrer sur les hautes lumières occasionner par ce gèle et ainsi une image quasi abstraite. Cette démarche me permit d’exprimer mes sentiments envers cette scène qui m’impressionne encore aujourd’hui.

abstrait feuilles hiver Once upon a time...

La brume en hiver semble contraste avec le sentiment de froid de la neige. Cette scène de l’ile Pokeshaw, témoigne du fait que cet endroit pittoresque prend une toute autre allure durant l’hiver.

SC-00403-84-H-CD002-35mm-JP-T14#11

L’hiver n’est pas que noir sur blanc

Quand le soleil hivernal est de la partie, nos photos prennent une tout autre allure. Les contrastes entre les éléments de froid et de chaleur sont ceux qui m’attirent particulièrement. La prochaine photo en fait état. À la fin janvier 2009, suite à une légère tombée de neige, le soleil d’après-midi se pointa à l’horizon au travers des nuages. Pour accentuer l’effet désiré, j’ai cadré de façon serrée, en utilisant la direction des branches de pins recouvert de neige qui pointaient vers le soleil chaud. Le résultat de mon approche à permis de créer un contraste froid versus chaleur.

pins hiver coucher de soleil

Au mois de mars 2006, suite à un verglas, le ciel s’éclairci et permis au  soleil de réchauffer cette scène dans l’arrière cour de ma demeure.

SC-00431-96-H-CD002-35mm-JP-T14A#75

En janvier 2006, j’utilisais encore de la pellicule diapositive. En ce matin froid, je me retrouvais vers les huit heures, à la croisée des chemins qui mène de grand-Anse à St-Lèolin. Je vis la poudrerie crée par le vent frigide du matin, comme l’élément visuel par excellence pour transmettre en photo mes sentiments du moment. À  moins 20C, le mécanisme d’avancement de la pellicule peinait sous le froid, et le risque de déchirer la pellicule lors du processus d’avancement était réel. Pour parer à cette éventualité, je mis mon appareil à l’intérieur de mon manteau à plusieurs reprises pour la réchauffer. Doigts à mi gelés, les sourcils glacés, mes efforts ont valus la peine, puisqu’à ce jour, je n’ai pas réussi à capturer autant une autre image qui traduit le froid matinal de l’hiver.

SC-00418-02-H-CD002-35mm-JP-T14A#5

Les autres photographes…des sources d’inspiration

Un photographe de grande sensibilité qui m’épate continuellement est Alain Boudreau de Robertville. Photographe naturaliste, Alain réussi à communiquer son amour et respect de la nature comme nul autre ne sait le faire. Son habileté de ‘’voir’’ lui permet de saisir les subtilités de nos hivers. Je suis très fier de compter Alain parmi mes premiers étudiants. Son sens aigu de l’observation et son désir d’exprimer ses moments intimes avec la nature, font de lui un photographe naturaliste exceptionnel.

Voici quelques-unes des photos hivernales d’Alain Boudreau. Vous pouvez également admirer son portfolio ici : https://www.flickr.com/photos/9832593@N08/

Merci Alain pour me permettre de présenter quelques-unes de tes oeuvres.

13187670373_83a4dfaa57[1]

 

12498971143_a26f9c92ae_z

 

8326093626_f6e3b5903b_z

 

 

6705031689_b8337bb04c_z

 

4195164190_388892554f_z

 

3339361562_ea225e6ecc_z

 

En terminant, je profite de l’occasion pour vous rappelez que j’offrirai deux cours de photographie Niveau 1 cet hiver, dont un dans la région Chaleur et l’autre à Shippagan pour les gens de la Péninsule acadienne. J’offrirai également un atelier Lightroom5 d’une durée de 4 heures le 21 février 2015 à Beresford. Veuillez communiquer avec moi pour vous inscrire ou pour recevoir plus d’information.

Pour recevoir mes articles au fur et à mesure qu’elles paraissent, cliquez sur  »Follow » au haut de la page de mon blog Conseils Photo.

Je vous encourage durant cet hiver 2015 à poursuivre votre passion!

Jean-Paul Boudreau

Photographe

Publicités

3 avis sur « Lumière d’hiver »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s