Protection de votre objectif – Filtre vs sans filtre

Une polémique existe concernant l’utilisation de filtre pour protéger vos objectifs.

Le filtre de protection le plus souvent utilisés est le filtre neutre ou filtre UV. À l’époque de la photographie argentique ou la pellicule était utilisée, le filtre UV servait à diminuer les rayons ultra-violets qui avaient tendance à rendre les photos bleuâtres.  Aujourd’hui, la photographie numérique permet de corriger cet effet par le biais de logiciel de retouches en utilisant la balance des blancs. Toutefois, ce même filtre sert aujourd’hui principalement à protéger les lentilles de vos objectifs.

Certains photographes sont anti-filtre, arguant que l’utilisation d’un filtre diminue la qualité de l’image, tandis que les pro-filtres maintiennent que l’utilisation d’un filtre protège l’intégrité de votre lentille.

J’avoue que pendant longtemps, j’étais plutôt sur la clôture entourant la question de ce débat, choisissant quand même d’utiliser un filtre protecteur avec quelques doutes concernant la dégradation de mes photos. Toutefois, un incident récent m’a permis de faire un choix décisif en la matière.

En avril, j’ai eu l’occasion de faire un voyage en Floride dans la région de Sarasota. J’allais finalement atteindre un de mes objectifs celui de photographier des coucher de soleil sur le Gulf du Mexique. Lors de ma première sortie, j’ai décidé d’utiliser mon objectif grand angle 14 x 45 mm Nikon. Dès les première photos en regardant dans mon viseur, je crue percevoir que ma lentille était très sales.

En regardant celle-ci, quelle ne fut ma surprise de constater que mon filtre de protection était fracasser. Pourtant, j’avais pris soin d’emporter mon sac dans l’avion avec moi, et à aucun moment, j’avais senti aucun choque. L’incident demeure un mystère.

Broken filter-2338 copy

La réalité est que sans mon filtre protecteur, mon objectif de 800$ aurait été bon pour la poubelle. Il va sans contredit que je suis maintenant plus que jamais un adepte de filtre protecteur pour mes objectifs. Bien que je suis un peu puriste face à la qualité optimale de mes photos, je demeure réaliste vis-à-vis mon budget.

Il va de soit qu’un filtre additionnel peut diminuer la qualité des images mais de façon infime. L’important, c’est d’utiliser un filtre de haute qualité plutôt qu’un à bon marché. D’ailleurs, à quoi servirait d’investir une somme importante pour un objectif de haute qualité, pour ensuite le couvrir d’un filtre protecteur de base qualité? Il est important de ne pas lésiner sur la qualité du filtre puisqu’il se place entre votre objectif et la lumière. Il peut donc dégrader l’image de façon visible s’il est de mauvaise qualité visible. D’autre part, Il serait également peu judicieux d’investir dans un filtre de très   haute qualité pour le placer sur un objectif ‘’kit’’ de moindre qualité.

Un filtre de moindre qualité a le fâcheux effet d’accentuer les reflets de lumière puissante tel le soleil. Penser à ces reflets directionnels causés par une source de lumière trop prêt du cadre. Je vous conseil d’essayer un filtre de base qualité et un de haute qualité avant de faire votre achat. Diriger votre appareil directement vers le soleil, vous pourrez constater qu’en utilisant un filtre de haute qualité, les reflets du soleil sont considérablement moins présents.

La plupart des marques de filtre offrent des bas et haut de gamme. Il suffit de choisir celui que vous désirez et de vous assurer qu’il soit du même diamètre que votre objectif.

J’espère que ces conseils sauront vous guider dans votre choix.

Advertisements

La ‘’Macrophotographie’’… à la découverte du très petit

Les termes ‘’macro’’ ou ‘’photo macro’’ sont souvent utilisés pour décrire la macrophotographie. L’aspect technique est très bien expliqué dans Wikepedia : ‘’ La #macrophotographie est l’ensemble des techniques photographiques permettant de photographier des sujets de petite taille entre les rapports de grandissement 1:1 et 10:1. Le terme désigne l’activité photographique associée à ces techniques. En effet, de manière classique, une macrophotographie est une photo dont la taille du sujet sur le négatif est plus grande que la taille réelle. Cependant, avec l’évolution des formats de films et le passage à la photographie numérique, dans l’usage moderne, le terme désigne également une photographie finie d’un sujet à une taille plus importante que la taille réelle.’’. La photo macro se fait habituellement avec un objectif dit macro et qui incorpore une capacité entre 1 :1 et 1 :4. Un rapport 1 :4 vous permettra de reproduire un sujet à sa grandeur réel lorsqu’imprimé sur du papier 10 x 15 cm. Un rapport 1 :1 vous permettra d’autre part de vous rapprochez davantage  votre sujet, tout en étant capable d’effectuer une mise en foyer. Il est possible de faire de la photographie macro de façon moins onéreuse en utilisant des tubes d’extension. Ceux-ci se placent entre l’objectif et le boitier. Toutefois, il y a certains désavantages à utiliser cette méthode, soit la perte de plusieurs stop de lumière, ce qui peut rendre la tache difficile lorsqu’on travaille avec des insectes qui bougent, et une certaine perte de précision et netteté de l’image. Untitled2Untitled3 Tubes d’extension                                       Objectif 100mm macro 1:1 Le manque de flexibilité des tubes d’extension est la raison principale pourquoi la plupart des photographes amateurs optent pour l’achat d’une lentille macro. Un objectif fixe et non un zoom, ceux -ci sont offert en divers formats, soit 60mm, 90mm, 100mm ou 110mm. Par expérience je préfère travailler avec un 100mm. Selon la qualité, les prix peuvent varier de 600$ à 1200$. Maintenant que la table est mise de façon rudimentaire, je préfère vous parler des plaisirs de la macrophotographie. Quand je regarde au travers de mon objectif macro, j’ai toujours l’impression de regarder dans un microscope. Tout à coup, ce monde que je connais de façon distant et miniature, s’offre à moi comme si j’y étais. En observant une abeille butinant dans le cœur d’un tournesol, j’ai l’impression de me tenir sur une pétale tout près. Quand l’abeille à fini son travail, je peux me permettre de m’approcher du cœur de la fleur et d’apprécier son architecture naturelle. abeille tournesol-5181 copy tournesol -5177 copy Quand je déplace mon regard pour voir l’environnement immédiat, je découvre des formes gracieuses parmi les plantes qui s’apparentent à un univers de géants. 10 Nodding thrillium copy Pendant environ cinq ans et utilisant de la pellicule diapositive, j’ai eu l’occasion de découvrir de très près l’univers de la flore de notre zone tempérée. Ce fut pour moi un voyage d’exploration personnel dont les souvenirs sont encore très vifs dans mon esprit. Box 10 #40 copy Box 10 #85 copy copy Box 10 #64 copy Parmi les nombreuses découvertes que j’ai fais furent l’interaction entre les plantes et les insectes et les jeux de lumière exotique. C’est durant cette période que j’ai réussi à développer mes connaissances et habiletés avec la profondeur de champ, la vitesse d’obturateur, la lumière à contre jour, la saturation des couleurs, les formes et la composition. C’est un exercice que je vous recommande. Box 10B #73 copy Feuille de vigne garage logo DSC_9974Box 10B #97 copy                    feuilles début automne back lit-4910 copy   Box 10 #51 copy                         Box 10A #32 copy Un autre  aspect d la photographie macro qui continu à m’animer aujourd’hui est celui de la photographie abstraite. La nature m’offre une quantité illimitée de sujet qui me permet d’exprimer les sensations que j’éprouve face à la complexité et les merveilles de celle-ci. En utilisant la méthode de foyer sélectif, il est possible de créer des images qui reflètent mon état d’âmes quand j’explore le monde du tout petit. Que ce soit après une fine pluie dans les aiguilles de pins ou lorsque le soleil du matin illumine la brume au travers des toiles d’araignées, ou infime portion de glace près de la rivière, l’expérience s’avère à chaque fois sublime. Si vous songez à acquérir un nouvel objectif, n’hésitez pas à considérer une bon objectif macro. Vous en aurez pour des années de plaisir. abstract 25 (1) copy abstract 29 (1) copy ABSTRACT 32 (1) copy  Abstract water motion iceIMGP1775 copy flipped (1) copy   Si vous songez à acquérir un nouvel objectif, n’hésitez pas à considérer une bon objectif macro. Vous en aurez pour des années de plaisir. Vous connaissez quelqu’un qui pourrait profitez de ces quelques conseils? N’hésitez pas à partager. Dites leurs également que je vais offrir un cours de photographie Niveau 1 en janvier et février à Shippagan et à Beresford. Pour ceux d’entre vous qui désir apprendre à maitriser la modification de leurs photos, j’offrirai un atelier d’une journée en février sur le logiciel Lightroom 5, un logiciel performant et facile à apprendre. Poursuivez votre passion! Jean-Paul Boudreau Photographe

Savoir quand briser les règles

Depuis notre tendre enfance on nous a enseigné les règles à suivre; règles de conduite en société, règle de grammaire, règle de mathématique, règle des jeux, etc. Certaines de ces règles ne laissent pas tellement de marge de manœuvre puisqu’elles font partie de la science connues. D’autre sont soit nécessaires pour assurer une société cohérente, ou découlent de paradigmes avancés par des années d’expérience et de connaissances accumulées. Toutefois, beaucoup de progrès ont été réalisés aux travers des âges par des gens qui ont osé défier les règles dans un élan créatif, pour atteindre des résultats qui ont souvent permis d’acquérir une nouvelle perspective. Ces esprits créateurs qui osent penser en dehors de la boite, ont un facteur en commun; ils ont une bonne connaissance et ils maitrisent les règles qui régissent leurs domaines d’intérêt.
Ce phénomène de créativité se retrouve également en photographie, mais seulement quand on commence à maitriser les règles qui régissent le médium. Certains photographes reconnus adhèrent strictement au règles établies, d’autre par contre, doivent leur renommé au fait qu’ils refusent de s’y soumettre. Pour ma part, je fais partie de ceux qui apprécient la valeur de ces règles mais qui trouve un plaisir mignon à les flouer à l’occasion. C’a m’arrive surtout quand les règles établies ne me permettent pas d’exprimer ma vision et mes sentiments du moment.

Foyer et profondeur de champs sur le sujet principal
Tel fut le cas lors d’une randonnée en kayak à voile avec un bon ami sur la Baie des Chaleurs. Par ce soleil chaud d’été, l’air salé et le plaisir de me sentir transporter sur les vagues par un vent chaud, il me semblait difficile sinon impossible de capturer ce moment sublime en utilisant les règles établies. C’est à ce moment que j’ai décidé de mettre de coté l’approche sage et de suivre mon intuition. Voyez vous-mêmes le résultat dans la photo qui suit.
kayak Eric abstrait bokey3-

Au lieu de faire le foyer sur le sujet principal, mon ami le kayakeur, comme il est de mise, j’ai plutôt mis l’image hors foyer ayant pour résultat de rendre les gouttelettes d’eau qui recouvraient ma voile floues . J’ai aussi opter pour une grande ouverture de diaphragme qui me permis de réduire la profondeur de champs et de ce fait, augmenter d’avantage le flou sur le kayakeur. Sans m’en rendre compte à ce moment, j’ai même briser une des règles mes plus chères, soit celle d’avoir une ligne d’horizon droite et au niveau. Une ligne d’horizon croche, ne soit que de quelques degrés, est à éviter selon les règles puisque qu’elle produit un déséquilibre visuel. Toutefois, dans ce cas si, ce déséquilibre met l’emphase sur le roulis des vagues. Résultat, une image créative qui me fait encore revivre ce moment à chaque fois que je la regarde.

Remplir le cadre

Le but de remplir le cadre et de traiter le sujet avec intimité sert à mettre l’emphase sur celui-ci.
Fenêtre sur mes rêves copy

Vous pouvez délaisser cette règle et plutôt opter pour une autre, celle de l’espace négative qui, quand elle est bien utilisée, permet de mettre l’emphase sur votre sujet de façon tout aussi efficace.
grange grenier Kedgwick (1) copy

Ne pas faire face à la lumière

On nous a tous appris que nous devons illuminer notre sujet de front ou de coté ou des deux, qu’on utilise la lumière naturelle ou un flash. Ceci permet de bien montrer les détails et les textures de notre sujet.
Amélie et Isabelle 2012 DSC_5447 copy

Toutefois, si vous ne prenez jamais votre sujet avec la lumière à contre-jour, vous ne produirez jamais de silhouettes.
_JPB8095 copy boys an amzing conversation (3) copy

Ne jamais photographier votre sujet de dos

Il va de soit que si vous photographiez des gens, les visages sont une composante importante. À quoi sert un portrait si on ne peut pas voir les visages?
FF001-0362 Dad & François 2005 copy

Il reste qu’une photo de dos peut être potentiellement très puissante par le mystère qu’elle créer au niveau du sujet et l’emphase qui est mis sur l’environnement.
1387972537_92353e84a0_z[1] copy

L’appareil ne doit pas bouger et la vitesse d’obturateur doit être suffisante pour geler le mouvement

Il va de soit que cette règle ne doit pas être prise à la légère dans la grande majorité des cas. Toutefois, vous est-il comme moi déjà arriver d’avoir le blocage du photographe? Ce phénomène qui se manifeste parfois, nous laisse dans un état créatif léthargique où on semble manquer d’imagination et où on n’arrive pas à trouver des sujets intéressants. Heureusement il y a un antidote à cette condition. Pour moi, elle consiste à fermer l’ouverture du diaphragme de mon objectif à son minimum afin d’obtenir une vitesse d’obturateur lente, telle 1/15sec ou moins. Ensuite, je capture n’importe quel sujet en bougeant mon appareil durant le temps d’exposition de haut en bas, ou de droite à gauche, en mouvement circulaire ou en zigzag. Au fur et à mesure que je progresse dans cet exercice, je tente d’appliquer la méthode en utilisant les règles de composition bien établies. Les résultats ne sont pas toujours conclusifs, mais il m’arrive parfois de créer des images abstraites percutantes. Il reste que l’exercice en vaut la peine et elle permet à tout coup de briser le blocage et d’ouvrir à nouveau les vannes de la créativité.
abstrait pins DSC_0924 copy

Once upon a pine forest- copy

Ces quelques conseils vous permettront sans doute de poursuivre votre passion.

Développez une intimité avec votre sujet

Vous vous êtes certainement demandé souvent; ‘’Comment certains photographes réussissent-ils à produire des images si expressives et puissantes?’’. La réponse réside en grande partie dans l’habilité de ‘’voir’’ qu’ils ont développé. Le grand photographe Freeman Patterson résume ceci dans le terme, ‘’L’Art de voir’’ et il le décrit de façon détaillé dans un des ces livres du même nom. Je vous propose une matrice disciplinaire pour y arriver, celle de développer une intimité avec votre sujet.

Faisant suite à un de mes articles précédents ; ‘’La photo à l’intérieur de la photo’’, je partage avec vous une méthode qui m’a permis au fil des années d’améliorer de façon graduelle et constante la puissance d’expression de mes photos. C’est d’ailleurs un objectif que je continue à prioriser comme étant une des pierres angulaires qui me permet d’améliorer ma façon de m’exprimer par mes images.

Le premier aspect de ce paradigme est très bien exprimé par Freeman Patterson lorsqu’il dit ; « Un peintre commence avec une toile vierge et il crée sa peinture en y insérant les détails de son choix. Le photographe lui, commence avec une toile contenant une multitude de détail. Il doit éliminer tous ceux qui sont superflus afin de créer une image puissante par sa simplicité. »

À la recherche d’images, nous abandonnons trop souvent notre quête après avoir saisi la première qui se présente à nous. Ce qu’il faut se rappeler, c’est le fait qu’elle nous soit parue si attirante était parce qu’elle contenait souvent plusieurs éléments visuelles d’intérêt. Ces éléments peuvent être entre-autres; la lumière, la texture, les lignes visuels harmonieuses, les mouvements, et j’en passe. Une fois que cette première image est réalisée, il s’agit alors de tenter d’identifier ces éléments, car à l’intérieur de ceux-ci se cache souvent d’autres images. C’est pourquoi je vous propose de développer une plus grande intimité avec votre sujet.

Lors d’un bref séjour à Shippagan durant lequel j’enseignais un cours de photographie pour débutants, j’ai profité de l’heure du diner pour y visiter le beau parc à l’extérieur de l’Aquarium et Centre marin. Ma première photo fut bien sur celle incluant le phare.

Phare de Shippagan DSC_0224 (2)

J’ai fais ma deuxième photo en étudiant les éléments de l’image qui s’offrait à mes yeux, il devint évident que les formes et les couleurs des cages à homards constituaient à elles mêmes des éléments visuels qui m’attiraient.

Phare de Shippagan DSC_0224 (3)

Poursuivant l’exercice visuel, je me suis mis à longer la passerelle qui menait au phare, tout en regardant l’eau au pied de celle-ci. Quelle ne fut ma surprise de constater que mon ombrage se dessinait clairement sur l’eau dû à la lumière qui venait de derrière moi. C’est à ce moment que j’ai fais ma troisième photo.

Silhouette pahre de Shippagan DSC_0230 (4)

Me sentant satisfait de mes trois prises, je décidai de m’en retourner. En me dirigeant vers le stationnement, je remarquai à nouveau l’énorme encre de bateau que j’avais aperçu en arrivant.

Phare Shippagan DSC_0243 (1)

En m’y rapprochant, je fus saisi par la beauté de l’usure et la corrosion recouvert de peinture de se relique. C’est à ce moment que j’ai choisie mon objectif macro 60 MM afin de mieux explorer les textures de cet objet. Voici le résultat de ma quatrième photo.

Surface encre Shippagan DSC_0258 (1)

L’exercice que je viens de vous décrire s’est déroulée en l’espace d’environ trente minutes seulement. Je vous avoue qu’il y à 10 ou 20 ans, j’aurais probablement plié bagage après avoir capturé la première image. Mes années d’expérience m’ont appris à prendre le temps de mieux étudier les éléments visuels d’une scène. C’est une discipline que je vous propose dans votre quête pour des photos plus expréssives.

Voilà un élément additionnel qui devrait vous permettre de poursuivre votre passion.

Quels objectifs choisir?

Quels objectifs choisir?

Pour ceux d’entre vous qui débutez en photographie et qui songez à acquérir un appareil plus performant tel un SLR, le choix de votre premier objectifs peut sembler une tâche ardue. Pour faciliter votre choix, la vidéo qui accompagne cet article, traite des diverses focales et leurs utilisations.

En premier lieu, vous devez savoir que les grandeurs focales telles qu’elles sont indiquées sur les objectifs, se réfèrent aux appareils grands format dites professionnels. Les capteurs de ces appareils grand format sont de la même dimension que les pellicules argentiques (film), soit le format 35mm.

Les appareils intermédiaires et les appareils SLR pour photographes amateurs sont munis de capteurs de format un peu moins grand, ce qui augmente la grandeur focale des objectifs par un facteur d’environ 1.5. Donc, un objectif 50mm utilisé sur les appareils de moindre format, se traduira en une grandeur focale de 75mm.

La première chose à considérer dans le choix de votre objectif, c’est le genre de photographie qui vous intéresse en ce moment. (Voir vidéo et appliquer le facteur 1.5) Le deuxième facteur est la qualité versus votre budget. En terme de qualité, touts les objectifs ne sont pas crées égaux. Si on considère par exemple les objectifs qui sont offerts en combinaison avec le boitier, ceux-ci sont invariablement de moindre qualité en termes de matériaux de fabrication. Ceci affectera leur durabilité et la qualité de vos images. Si votre budget vous le permet, choisissez plutôt un objectif de plus haute qualité. Il vous servira durant de longues années en vous procurant des images de qualité optimum.

Le troisième facteur est celui de l’ouverture maximale du diaphragme de l’objectif. Une ouverture maximale de F2.8 offrira plus de flexibilité en lumière restreinte (plus grande vitesse d’obturateur), qu’une ouverture de F4.5.

J’espère que ces quelques conseils vous permettront de faire un choix judicieux l’hors de votre prochaine acquisition.

Voir video: http://youtu.be/cszfOQS8X94

Comment devenir meilleur photographe

De nos jours, il est plus facile que jamais de produire des photos de bonne qualité. Ceci est cependant possible grâce à la technologie numérique. L’appareil numérique moderne est conçu pour produire d’excellente photo au point de vue ‘’technique’’. Elle ne fait que produire adéquatement les images mais de façon que j’appellerais ‘’générique’’. Au fur et à mesure que vous progressez, vous réalisez que l’appareil ne peut produire les résultats que vous désirez, et elle ne réussi pas à produire vos images de la façon que vous le voulez. C’est à ce moment que vous réalisez que l’appareil à ses limites. Alors, comment pouvez-vous continuer votre progression? La réponse réside dans deux éléments; l’éducation et l’expérience.

L’Éducation

Vous éduquer dans l’art de la photographie peut comprendre divers aspects, toutefois, comme dans toutes disciplines vous devez vous y dévouer et vous discipliner. Il est nécessaire d’y dédier un peu de temps à toutes les semaines.

Les livres

L’un des outils d’apprentissages les plus faciles sont les livres. Le marché abonde de livres sur le sujet, bien qu’il y ait une carence au niveau francophone. Il faut toutefois faire de bons choix puisque les livres sur le sujet ne sont pas tous crées égaux. Parmi ceux qui sont disponibles, je vous suggère trois livres écrit par le photographe néo-brunswickois Freeman Patterson. En plus d’être un très grand photographe, Freeman possède le don de l’écriture. Les trois livres sont les suivants : Photography for the Joy of it, Photographing the world around you et Photography of natural things, dans cette ordre. Vous pouvez commander ces livres ici: http://www.freemanpatterson.com/ Un autre photographe/auteur qui sait transmettre ses connaissances de façon claire et précise est Brian Peterson, voir http://www.bryanfpeterson.com/

Les études

Évidement, bien que les livres vous permettent d’accéder à un grand éventail de sujet, ils n’offrent pas de réaction et d’impression critique, des éléments vitaux pour votre progression en photographie. Pour y  accéder, vos meilleures options sont les cours de photographie. Si vous aspirez à devenir photographe professionnel, vous devrez préférablement vous inscrire à un collège ou université qui offre un bon curriculum.

Les cours en ligne

Toutefois, si vous faites parti de millions de photographes amateurs qui désirent simplement devenir meilleur et développer leurs habiletés, vous pouvez vous inscrire à des cours en ligne. Veillez toutefois choisir un cours qui vous offre un tuteur attitré qui suivra votre développement et vous offrira ses critiques constructives. Vous devez donc approfondir vos recherches pour identifier les meilleurs cours en ligne.

 Les cours et ateliers personnels

Par contre, si vous désirez un apprentissage plus graduel et personnel, les cours et ateliers offerts en personne offrent l’avantage d’un tuteur qui vous guidera de façon progressive et vous offrira les conseils dont vous avez besoins quand vous en avez besoin. Vous aurez également le bénéfice de recevoir des critiques constructives de votre professeur. Sachez que la critique constructive de vos photos dans ce contexte, est l’un des meilleurs outils d’apprentissage qui soit. Si vous faites de la photo depuis un bout de temps et que vous n’avez jamais pris de cours, il vous manque probablement des connaissances de base, et ces lacunes affectent présentement votre apprentissage. Considérez sérieusement à prendre un peu de recul et de vous munir d’une bonne base de connaissances en prenant un cours de débutant. Votre progression en sera nettement améliorée.

L’Expérience

La mise en pratique des techniques apprises est une partie intégrale de votre progression en photographie. Il est donc très important de les mettre en pratique au fur et à mesure. L’approche idéale est de vous céduler tu temps au moins une fois par semaines pour ‘’faire’’ de la photo. Que ce soit la vitesse de l’obturateur, le contrôle de la profondeur de champs ou encore la composition, concentrer vous sur un aspect que vous devez raffiner. L’important c’est d’y travailler jusqu’à ce que vous maitrisiez l’aspect en question. Soyez patient et tenace, ca prend tu temps et du travail pour accéder à l’excellence.

Faire de la photo en compagnie d’amis qui partage les mêmes intérêts est aussi une autre approche que vous pouvez considérer. Considérez joindre votre club de photo local, ceux-ci peuvent offrir un environnement positif et propice à l »apprentissage. Profitez de l’échange de connaissances avec vos paires lors de leurs sorties et activités. Quant vous participer à des sorties, rechercher des personnes qui sont contentes de partager leurs connaissances ainsi que des critiques constructives. En étant témoin de voir comment vos paires font, avec le temps, vous pourrez développer votre propre style.

L’éducation et l’expérience sont vraiment la seule façon d’apprendre la photographie. Soyez patient et tenace, ca prend tu temps et du travail pour accéder à l’excellence.

Et surtout, poursuivez votre passion!