Développez une intimité avec votre sujet

Vous vous êtes certainement demandé souvent; ‘’Comment certains photographes réussissent-ils à produire des images si expressives et puissantes?’’. La réponse réside en grande partie dans l’habilité de ‘’voir’’ qu’ils ont développé. Le grand photographe Freeman Patterson résume ceci dans le terme, ‘’L’Art de voir’’ et il le décrit de façon détaillé dans un des ces livres du même nom. Je vous propose une matrice disciplinaire pour y arriver, celle de développer une intimité avec votre sujet.

Faisant suite à un de mes articles précédents ; ‘’La photo à l’intérieur de la photo’’, je partage avec vous une méthode qui m’a permis au fil des années d’améliorer de façon graduelle et constante la puissance d’expression de mes photos. C’est d’ailleurs un objectif que je continue à prioriser comme étant une des pierres angulaires qui me permet d’améliorer ma façon de m’exprimer par mes images.

Le premier aspect de ce paradigme est très bien exprimé par Freeman Patterson lorsqu’il dit ; « Un peintre commence avec une toile vierge et il crée sa peinture en y insérant les détails de son choix. Le photographe lui, commence avec une toile contenant une multitude de détail. Il doit éliminer tous ceux qui sont superflus afin de créer une image puissante par sa simplicité. »

À la recherche d’images, nous abandonnons trop souvent notre quête après avoir saisi la première qui se présente à nous. Ce qu’il faut se rappeler, c’est le fait qu’elle nous soit parue si attirante était parce qu’elle contenait souvent plusieurs éléments visuelles d’intérêt. Ces éléments peuvent être entre-autres; la lumière, la texture, les lignes visuels harmonieuses, les mouvements, et j’en passe. Une fois que cette première image est réalisée, il s’agit alors de tenter d’identifier ces éléments, car à l’intérieur de ceux-ci se cache souvent d’autres images. C’est pourquoi je vous propose de développer une plus grande intimité avec votre sujet.

Lors d’un bref séjour à Shippagan durant lequel j’enseignais un cours de photographie pour débutants, j’ai profité de l’heure du diner pour y visiter le beau parc à l’extérieur de l’Aquarium et Centre marin. Ma première photo fut bien sur celle incluant le phare.

Phare de Shippagan DSC_0224 (2)

J’ai fais ma deuxième photo en étudiant les éléments de l’image qui s’offrait à mes yeux, il devint évident que les formes et les couleurs des cages à homards constituaient à elles mêmes des éléments visuels qui m’attiraient.

Phare de Shippagan DSC_0224 (3)

Poursuivant l’exercice visuel, je me suis mis à longer la passerelle qui menait au phare, tout en regardant l’eau au pied de celle-ci. Quelle ne fut ma surprise de constater que mon ombrage se dessinait clairement sur l’eau dû à la lumière qui venait de derrière moi. C’est à ce moment que j’ai fais ma troisième photo.

Silhouette pahre de Shippagan DSC_0230 (4)

Me sentant satisfait de mes trois prises, je décidai de m’en retourner. En me dirigeant vers le stationnement, je remarquai à nouveau l’énorme encre de bateau que j’avais aperçu en arrivant.

Phare Shippagan DSC_0243 (1)

En m’y rapprochant, je fus saisi par la beauté de l’usure et la corrosion recouvert de peinture de se relique. C’est à ce moment que j’ai choisie mon objectif macro 60 MM afin de mieux explorer les textures de cet objet. Voici le résultat de ma quatrième photo.

Surface encre Shippagan DSC_0258 (1)

L’exercice que je viens de vous décrire s’est déroulée en l’espace d’environ trente minutes seulement. Je vous avoue qu’il y à 10 ou 20 ans, j’aurais probablement plié bagage après avoir capturé la première image. Mes années d’expérience m’ont appris à prendre le temps de mieux étudier les éléments visuels d’une scène. C’est une discipline que je vous propose dans votre quête pour des photos plus expréssives.

Voilà un élément additionnel qui devrait vous permettre de poursuivre votre passion.

Advertisements