Protection de votre objectif – Filtre vs sans filtre

Une polémique existe concernant l’utilisation de filtre pour protéger vos objectifs.

Le filtre de protection le plus souvent utilisés est le filtre neutre ou filtre UV. À l’époque de la photographie argentique ou la pellicule était utilisée, le filtre UV servait à diminuer les rayons ultra-violets qui avaient tendance à rendre les photos bleuâtres.  Aujourd’hui, la photographie numérique permet de corriger cet effet par le biais de logiciel de retouches en utilisant la balance des blancs. Toutefois, ce même filtre sert aujourd’hui principalement à protéger les lentilles de vos objectifs.

Certains photographes sont anti-filtre, arguant que l’utilisation d’un filtre diminue la qualité de l’image, tandis que les pro-filtres maintiennent que l’utilisation d’un filtre protège l’intégrité de votre lentille.

J’avoue que pendant longtemps, j’étais plutôt sur la clôture entourant la question de ce débat, choisissant quand même d’utiliser un filtre protecteur avec quelques doutes concernant la dégradation de mes photos. Toutefois, un incident récent m’a permis de faire un choix décisif en la matière.

En avril, j’ai eu l’occasion de faire un voyage en Floride dans la région de Sarasota. J’allais finalement atteindre un de mes objectifs celui de photographier des coucher de soleil sur le Gulf du Mexique. Lors de ma première sortie, j’ai décidé d’utiliser mon objectif grand angle 14 x 45 mm Nikon. Dès les première photos en regardant dans mon viseur, je crue percevoir que ma lentille était très sales.

En regardant celle-ci, quelle ne fut ma surprise de constater que mon filtre de protection était fracasser. Pourtant, j’avais pris soin d’emporter mon sac dans l’avion avec moi, et à aucun moment, j’avais senti aucun choque. L’incident demeure un mystère.

Broken filter-2338 copy

La réalité est que sans mon filtre protecteur, mon objectif de 800$ aurait été bon pour la poubelle. Il va sans contredit que je suis maintenant plus que jamais un adepte de filtre protecteur pour mes objectifs. Bien que je suis un peu puriste face à la qualité optimale de mes photos, je demeure réaliste vis-à-vis mon budget.

Il va de soit qu’un filtre additionnel peut diminuer la qualité des images mais de façon infime. L’important, c’est d’utiliser un filtre de haute qualité plutôt qu’un à bon marché. D’ailleurs, à quoi servirait d’investir une somme importante pour un objectif de haute qualité, pour ensuite le couvrir d’un filtre protecteur de base qualité? Il est important de ne pas lésiner sur la qualité du filtre puisqu’il se place entre votre objectif et la lumière. Il peut donc dégrader l’image de façon visible s’il est de mauvaise qualité visible. D’autre part, Il serait également peu judicieux d’investir dans un filtre de très   haute qualité pour le placer sur un objectif ‘’kit’’ de moindre qualité.

Un filtre de moindre qualité a le fâcheux effet d’accentuer les reflets de lumière puissante tel le soleil. Penser à ces reflets directionnels causés par une source de lumière trop prêt du cadre. Je vous conseil d’essayer un filtre de base qualité et un de haute qualité avant de faire votre achat. Diriger votre appareil directement vers le soleil, vous pourrez constater qu’en utilisant un filtre de haute qualité, les reflets du soleil sont considérablement moins présents.

La plupart des marques de filtre offrent des bas et haut de gamme. Il suffit de choisir celui que vous désirez et de vous assurer qu’il soit du même diamètre que votre objectif.

J’espère que ces conseils sauront vous guider dans votre choix.

La ‘’Macrophotographie’’… à la découverte du très petit

Les termes ‘’macro’’ ou ‘’photo macro’’ sont souvent utilisés pour décrire la macrophotographie. L’aspect technique est très bien expliqué dans Wikepedia : ‘’ La #macrophotographie est l’ensemble des techniques photographiques permettant de photographier des sujets de petite taille entre les rapports de grandissement 1:1 et 10:1. Le terme désigne l’activité photographique associée à ces techniques. En effet, de manière classique, une macrophotographie est une photo dont la taille du sujet sur le négatif est plus grande que la taille réelle. Cependant, avec l’évolution des formats de films et le passage à la photographie numérique, dans l’usage moderne, le terme désigne également une photographie finie d’un sujet à une taille plus importante que la taille réelle.’’. La photo macro se fait habituellement avec un objectif dit macro et qui incorpore une capacité entre 1 :1 et 1 :4. Un rapport 1 :4 vous permettra de reproduire un sujet à sa grandeur réel lorsqu’imprimé sur du papier 10 x 15 cm. Un rapport 1 :1 vous permettra d’autre part de vous rapprochez davantage  votre sujet, tout en étant capable d’effectuer une mise en foyer. Il est possible de faire de la photographie macro de façon moins onéreuse en utilisant des tubes d’extension. Ceux-ci se placent entre l’objectif et le boitier. Toutefois, il y a certains désavantages à utiliser cette méthode, soit la perte de plusieurs stop de lumière, ce qui peut rendre la tache difficile lorsqu’on travaille avec des insectes qui bougent, et une certaine perte de précision et netteté de l’image. Untitled2Untitled3 Tubes d’extension                                       Objectif 100mm macro 1:1 Le manque de flexibilité des tubes d’extension est la raison principale pourquoi la plupart des photographes amateurs optent pour l’achat d’une lentille macro. Un objectif fixe et non un zoom, ceux -ci sont offert en divers formats, soit 60mm, 90mm, 100mm ou 110mm. Par expérience je préfère travailler avec un 100mm. Selon la qualité, les prix peuvent varier de 600$ à 1200$. Maintenant que la table est mise de façon rudimentaire, je préfère vous parler des plaisirs de la macrophotographie. Quand je regarde au travers de mon objectif macro, j’ai toujours l’impression de regarder dans un microscope. Tout à coup, ce monde que je connais de façon distant et miniature, s’offre à moi comme si j’y étais. En observant une abeille butinant dans le cœur d’un tournesol, j’ai l’impression de me tenir sur une pétale tout près. Quand l’abeille à fini son travail, je peux me permettre de m’approcher du cœur de la fleur et d’apprécier son architecture naturelle. abeille tournesol-5181 copy tournesol -5177 copy Quand je déplace mon regard pour voir l’environnement immédiat, je découvre des formes gracieuses parmi les plantes qui s’apparentent à un univers de géants. 10 Nodding thrillium copy Pendant environ cinq ans et utilisant de la pellicule diapositive, j’ai eu l’occasion de découvrir de très près l’univers de la flore de notre zone tempérée. Ce fut pour moi un voyage d’exploration personnel dont les souvenirs sont encore très vifs dans mon esprit. Box 10 #40 copy Box 10 #85 copy copy Box 10 #64 copy Parmi les nombreuses découvertes que j’ai fais furent l’interaction entre les plantes et les insectes et les jeux de lumière exotique. C’est durant cette période que j’ai réussi à développer mes connaissances et habiletés avec la profondeur de champ, la vitesse d’obturateur, la lumière à contre jour, la saturation des couleurs, les formes et la composition. C’est un exercice que je vous recommande. Box 10B #73 copy Feuille de vigne garage logo DSC_9974Box 10B #97 copy                    feuilles début automne back lit-4910 copy   Box 10 #51 copy                         Box 10A #32 copy Un autre  aspect d la photographie macro qui continu à m’animer aujourd’hui est celui de la photographie abstraite. La nature m’offre une quantité illimitée de sujet qui me permet d’exprimer les sensations que j’éprouve face à la complexité et les merveilles de celle-ci. En utilisant la méthode de foyer sélectif, il est possible de créer des images qui reflètent mon état d’âmes quand j’explore le monde du tout petit. Que ce soit après une fine pluie dans les aiguilles de pins ou lorsque le soleil du matin illumine la brume au travers des toiles d’araignées, ou infime portion de glace près de la rivière, l’expérience s’avère à chaque fois sublime. Si vous songez à acquérir un nouvel objectif, n’hésitez pas à considérer une bon objectif macro. Vous en aurez pour des années de plaisir. abstract 25 (1) copy abstract 29 (1) copy ABSTRACT 32 (1) copy  Abstract water motion iceIMGP1775 copy flipped (1) copy   Si vous songez à acquérir un nouvel objectif, n’hésitez pas à considérer une bon objectif macro. Vous en aurez pour des années de plaisir. Vous connaissez quelqu’un qui pourrait profitez de ces quelques conseils? N’hésitez pas à partager. Dites leurs également que je vais offrir un cours de photographie Niveau 1 en janvier et février à Shippagan et à Beresford. Pour ceux d’entre vous qui désir apprendre à maitriser la modification de leurs photos, j’offrirai un atelier d’une journée en février sur le logiciel Lightroom 5, un logiciel performant et facile à apprendre. Poursuivez votre passion! Jean-Paul Boudreau Photographe

Faites des photos de voyage pour vous

Lorsque que je vais en voyage, j’ai comme la plupart d’entrevous, le goût de ramener des photos souvenirs pour partager avec mes proches. Ces photos me semblent toutefois avoir une durée de vie relativement courte puisqu’elles sont surtout prisent sur le vif. Quelques semaines après mon retour, elles tombent dans l’oubli et ne font qu’occuper de l’espace sur un de mes disques durs. J’ai donc pris l’habitude de faire aussi des photos pour moi. Celles-ci sont plus personnelles et parce qu’elles reflètent mes sentiments du moment, elles me procurent une grande satisfaction en temps que photographe et elles sont utiles pour biens des années à venir.

Mon approche est la suivante; au lieu de tenter de capturer tout les éléments visuels que je vois, je cherche plutôt à isoler ceux qui semblent représentatifs et qui me touchent particulièrement. Cette démarche demande une certaine discipline puisqu’il s’agit de prendre une approche d’élimination plutôt que d’inclusion, en éliminant les éléments qui distraient du sujet principal. Je reviens donc à ce que j’enseigne; la première question que le photographe doit se poser est, ‘’Quel est mon sujet’’? Une fois que la réponse est évidente, il s’agit de traiter ce sujet de façon intime. Je me serre au choix, des techniques qui me permettront d’isoler le sujet, cadrage serré, peu de profondeur de champs, lumière, exposition et perspective. Les photos suivantes illustrent mon approche.

Sentiments de chaleur

La première photo montre une vue d’ensemble de voiliers à Cuba en 2009. Bien qu’elle soit correcte, je me suis dis qu’elle ne transmettait pas exactement mon humeur et la chaleur intense du moment. En cadrant plus serré, ca m’a permis d’inclure davantage de couleurs chaudes dans l’image, tout en retenant l’essence du sujet.

Cuba 2009 774 copy

Cuba 2009 775 copy

De retour à l’ombre sous les palmiers, j’ai continué à explorer mentalement les possibilités de transmettre ce sentiment de chaleur par la simplicité. Les pieds de mon épouse sur le sable chaud devinrent un sujet évident dans la prochaine photo.

Mexico Claudette 089 copy

Architecture et Art

Les voyages nous introduisent à des styles d’architecture nouveaux et des expressions artistiques  différentes. Mêmes si parfois de façon subtile, celles-ci excitent notre sens de la découverte, et par le fait même, sont des sujets importants. Par une soirée chaude et agréable, nous je déambulais une allée remplie de palmiers et de statues en pierre représentative du l’art mésoaméricain. L’utilisation d’un grand angle pour capter toute la scène ne permettait pas de produire techniquement une bonne photo. J’ai donc opté pour isoler une statue représentative. À chaque fois que je regarde la photo suivante, je revis ce moment.

Mesoamerican LR- copy

De tout les édifices que j’ai eu l’occasion d’admirer à Riviera Maya, la suivante est celle qui m’a le plus épater. Recouverte de plantes grimpantes, je peux encore sentir les parfums végétaux qui en émanaient.

édifice recouverte de plantes grimpante Mexico-140 copy

Voulant capturer ‘’un matin Mexicain’’, je me suis lever très tôt avant le lever du soleil et de mon balcon, j’ai inclus une portion d’un édifice au travers des frondes de palmiers hors foyer.

Cuba 2009 068 copy copy

Pour ceux d’entrevous qui ont séjournés dans les caraïbes, vous avez certainement eux l’occasion de visiter les expositions d’artistes dans les ruelles et de vivre des moments enchanteurs accompagnés de musiciens locaux. Comment ramener ses souvenirs? Mon approche semble avoir fonctionné dans les deux cas suivants en République Dominicaine.

Peintures Rep Dominicaine 2- 2011 056 copy                Musicien Rep Dominicaine 2- 2011 051 copy

Lors de bel après-midi de juin, derrière le Château Frontenac, ce mime me sembla reflété l’atmosphère et l’humeur des gens qui déambulaient le vieux Québec.

Mime Quebec 2010 218 copy copy

Humanité et culture

L’aspect humain et la culture sont des éléments qui sont très importants pour beaucoup de voyageurs. Encore là, l’approche intime et simple permet d’en saisir l’étoffe comme dans les photos suivantes réalisées au Mexique.

Cette mexicaine d’un certain âge, faisait la sieste à l’ombre dans une ruelle de Varadero.

Mexicaine agée au repos N&B-131 copy

Cette jeune fille de Riviera Maya prenait une douche publique après une baignade.

jeune mexicaine sous la douche-165 copy

Un élément incontournable dans le cheminement d’un photographe est le développement de son sens d’observation. Dans notre empressement à vouloir capturer ce que l’on voit, on oubli souvent de prendre le temps d’observer ce qui nous entour. Ceci est également très important lorsqu’on se retrouve dans un environnement dans lequel nous ne sommes pas familiers. Lors d’un de mes séjours en République Dominicaine, notre hôtel se trouvait à proximité d’un village de pécheurs. Quelle chance! Tout les matins, je m’assurais d’être présent lorsque les pécheurs s’afféraient à prendre la mer. Étant petit fils de pêcheur, je sentais une affinité avec ces gens qui bravaient la mer chaque jour pour leurs substances. D’ailleurs, mes souvenirs d’enfance sont remplit de moment précieux pour avoir eu l’occasion d’aider mon grand père qui péchait le saumon de l’atlantique dans les années 60’.  Dans les caraïbes, le métier de pêcheur de subsistance est encore un métier noble et ca se voyait sur les visages de des marins ce matin là. Ce qui attira toutefois mon attention fut le nettoyeur de plage qui s’afférait de façon dédiée à son boulot. Il représentait pour moi un certain contraste vis-à-vis les pécheurs.

Nettoyeur de côte Rep Dominicaine 2- 2011 258 copy

Satisfait de cette prise, j’étais sur le point de retourner à ma chambre lorsque j’aperçu du coin de l’œil, ces deux individus qui rayonnaient de contraste, c’est le moins qu’on peut dire.

Big guy small guy Rep Dominicaine 2011 137-137

J’avais pris l’habitude de m’en retourner en passant par les piscines extérieures du complexe ou nous logions. Je me suis retrouvé parmi une équipe de soccer espagnole qui s’en donnait à cœur joie dans une des piscines. Ils m’invitèrent à les prendre en photo.

équipe de soccer espagnole Riviera Maya Mexico-092 copy

Où que je sois, J’éprouve toujours un besoins et un réel plaisir de saisir visuellement le moment. Invariablement, je réussi à le faire en observant l’environnement dans lequel je me retrouve et en simplifiant mon approche. Cette photo prise par un beau matin à l’extérieur d’un restaurant sur la rue St-Anne à Québec en fait foie.

Quebec 2010 231 copy

La recette est la suivante : l’observation, la compréhension de du moment, l’identification du sujet, le traité dans l’intimité.

Je vous encourage d’essayer cette recette en y ajoutant des ingrédients qui vous sont propres.

Ceci devrait vous permettre de faciliter la poursuite de votre passion ou du moins, ramener des photos de voyage que vous avez faites pour vous.

Si vous connaissez quelqu’un qui pourrait profitez de ces quelques conseils, n »hésitez pas à partager.

Dites leurs également que je vais offrir un cours de photographie Niveau 1 en janvier et février à Shippagan et à Beresford. Pour ceux d’entre vous qui désir apprendre à maitriser la modification de leurs photos, j’offrirai un atelier d’une journée en février sur le logiciel Lightroom 5, un logiciel performant et facile à apprendre.

Jean-Paul Boudreau

Photographe

Photomatix Pro (HDR) – Un outil de création

Dans un de mes articles précédents, ‘’La photo à l’intérieur de la photo’’, j’ai fais allusion aux limitations de l’appareil photo concernant sa capacité de percevoir et d’analyser les éléments visuels à l’intérieur d’une scène versus le cerveau humain. Dans cet article, je vais traiter d’une autre limitation de l’appareil, soit sa capacité de percevoir la grande gamme dynamique de luminosité dans une image numérique. Dans une image numérique, il y a 256 valeurs de luminosité codées variant entre 0-255 sur chaque plan rouge, vert et bleu, entre chaque pixel. L’écart d’intensité lumineuse entre le pixel le plus lumineux et le plus faible, non noir, n’est que de 255. Dans la réalité, le cerveau humain est capable de percevoir une bien plus grande gamme dynamique de luminosité que le capteur numérique. Pour plus de détails voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Imagerie_%C3%A0_grande_gamme_dynamique De façon plus simple pour le photographe, l’œil humain peut percevoir jusqu’à 11Ftop de lumière, tandis que l’appareil photo perçoit seulement 3 Ftop.
Cette limitation de l’appareil se manifeste souvent lors de circonstances ou il y a de grands écarts de luminosité et de contraste dans une scène. Bien que le cerveau humain soit capable de s’ajuster à ces écarts, le capteur numérique est plutôt limité. Dans l’image qui suit, prise sur le mode automatique, le capteur numérique, influencé par la grande quantité de lumière provenant de la portion du ciel comparativement à celle de la portion terrestre, à fait une moyenne donnant comme résultat une portion terrestre assombrie et une image qui manque d’éclat.

Grange exposée 0 logo

Dans la prochaine image, j’ai pris contrôle de l’exposition en mode manuel en ajoutant un stop de lumière pour mieux saisir la portion terrestre, celle-ci devient mieux exposée. Par contre, le ciel lui, devient surexposé et on y perd beaucoup de ses détails.

Grange surexposée logo

Dans la troisième photo, j’ai sous exposé la scène d’un stop afin de conserver les détails du ciel. Bien que j’ai réussi, j’ai par contre perdu beaucoup de lumière dans la portion terrestre.

Grange sous exposée logo

Comment saisir une image adéquate dans de telles circonstances? La tâche s’avère très difficile dû aux limitations de l’appareil. Il existe une seule façon de procéder à la prise de l’image dans de telles circonstances, en utilisant un filtre à densité neutre gradué pour assombrir la portion du ciel. Vous en trouverez un exemple ici : http://en.wikipedia.org/wiki/File:GND_demo.jpg Autre que ca, les corrections devront être effectuées après la prise de vue, soit dans un logiciel comme Photoshop ou Lightroom. Dans un tel cas, il sera préférable d’utiliser un fichier RAW sous exposé d’environ un stop, puisque les portions surexposées ne se corrigent pas.
Il existe un autre moyen qui permet d’atteindre des résultats intéressants, et c’est sur celui-là que je veux attirer votre attention. Il s’agit du logiciel autonome Photomatix Pro 5.0. Ce logiciel vous permet de créer une image à grande gamme dynamique, d’ou le terme HDR pour ‘’High Dynamic Range’’.
Pour y arriver, il vous suffira de produire au moins 3 images de la même scène, préférablement en format RAW, ‘’Voir mon article du 26 novembre 2013, ‘’ Fichier RAW ou JPG’’. La première image sera exposée à -1 stop , la 2em à 0 et la 3em à + 1 stop de lumière, soit -1, 0, +1. Voir les 3 photos précédentes.

Ensuite, il s’agit de transférer vos 3 images RAW dans le logiciel Photomatix Pro. Par le biais de la fonction ‘’tone mapping’’de ce logiciel, les 3 images seront intégrées pour finalement produire une 4em image contenant toutes les gammes dynamiques de lumière des 3 images. Il s’agira ensuite d’ajuster la luminosité de l’image à votre gout. La prochaine photo démontre le résultat final.

Grange HDR logo

Voici quelques autres exemples de photos traitées avec Photomatix Pro:

Chaise plage logoFerme Hinton logoQuébec base ville logo

Ce logiciel permet également de créer une grande gamme d’images surréelles et créatives, dont voici quelques exemples.

Escavatrice HDR logoQuenouilles étang HDR logoPoudrière logo

Durant la prise de vue, il est important de maintenir la même ouverture de diaphragme pour chaque photo tout en variant les vitesse d’obturation, afin de maintenir une profondeur de champs constante.
Bien que les goûts ne se discutent pas, personnellement, je favorise à l’occasion ce logiciel pour réaliser des images dont les résultats reflètent des circonstances de lumière possibles ou discernables par l’œil et le cerveau humain. Par contre, Photomatix Pro se révèle également un outil qui me permet de créer des images qui reflètent mes sentiments et humeurs lors de l’expérience de prise de vue. À vous d’en juger.

Vous pouvez vous procurer le logiciel Photomatix Pro ici : http://www.hdrsoft.com/download.html. Des ajouts complémentaires sont également disponibles pour les utilisateurs de Photoshop CS, de Lightroom et de Aperture.

Si vous désirez une formation en personne sur le logiciel Photomatix Pro, veuillez communiquer avec moi.

Là-dessus je vous quitte en vous disant, poursuivez votre passion!