Les éléments contractuels en photographie commerciale

Bonjour à tout mes amis photographes amateurs et semi-professionnels. Après une pause estivale, je reprends ma plume pour vous partager mes conseils photo.

À chaque fois que vous accepter d’offrir vos services de photographes sans élaborer un contrat de vente ou service, que ce soit à un particulier ou à une corporation, vous vous exposez à des difficultés potentielles. Bien que le contrat de vente/services permet surtout de préciser exactement les produits/services tels que négociés, les dates de livraison, ainsi que les modalités de paiement, d,autre aspect doivent également être adressés.

Il me fait plaisir de vous partager les conseils suivants du site editioneo.com, concernant les outils en ligne destinés à générer des conditions générales de vente, et pour éclairer les lecteurs photographes sur les enjeux de ce document très important.

Le site editioneo.com provient de la France. Bonne lecture !

Rappel sur les conditions générales de vente (CGV)

Le CGV est un document légal pour tous les professionnels commercialisant un produit ou une prestation. Il encadre la relation entre le client et le professionnel. Les photographes ne font pas exception et ont même des spécificités importantes. Ces CGV comportent un certain nombre d’éléments importants et indispensables. L’activité du photographe présente des éléments de fonctionnement dont il ne faut pas négliger la portée juridique. Par exemple : les modalités de paiement, la rétractation client, la propriété intellectuelle, la vente de ses services en ligne …

Autant d’éléments que nous reprenons dans cet article informatif pour préciser les choses.

Ne pas copier

La première chose essentielle est de ne pas copier les conditions générales d’un ami photographe ou d’un concurrent, que l’on trouverait sur internet. Même si cela est très tentant, cela peut s’avérer dangereux. Cette copie relève du plagiat, le photographe pourrait donc se retourner contre vous. Régulièrement, des entrepreneurs sont condamnés pour plagiat de CGV. De plus, les conditions copiées ne correspondront vraisemblablement pas à votre activité en tous points, et vous risqueriez d’avoir des conditions non adaptées.

Les tarifs

Le photographe doit indiquer clairement ses tarifs, et les éventuelles options. Cela n’est pas toujours fait.

Modalités de paiement

Dans le métier de photographe, les modalités de paiement d’une prestation peuvent être diverses. Acompte, paiements échelonnés, paiement à la prestation, paiement comptant … Ce qui compte, c’est de préciser les choses dans les conditions générales de vente. Un client peut légalement demander à tout moment de consulter les conditions d’un professionnel. Les éléments de modalités de paiement sont parmi les plus consultés.

Pénalités de retard de paiement

De même, des pénalités de retard de paiement peuvent être appliquées par le photographe. Les délais de paiement entre professionnels sont toujours réglementés : sans dispositions contraires figurant aux conditions de vente ou convenues entre les parties, le délai de règlement est fixé au 30e jour suivant l’exécution de la prestation. A noter que ce délai peut être prolongé jusqu’à 45 jours si cela est précisé au contrat. A noter que le taux de pénalités est réglementé lui aussi, en lien avec le taux d’intérêt légal.

La rétractation

De même, le délai de rétractation d’un client est à préciser dans les CGV. Il peut être nul.

La commande de produits dérivés

Si le photographe commercialise des produits dérivés (T-shirts, albums, etc.), alors il est vendeur de biens, et doit donc ajouter des éléments concernant la commercialisation de produits dans ses CGV, ou présenter également des conditions générales de vente de produits, et non pas seulement de services. Si les produits commercialisés sont périssables ou bénéficient de certaines garanties, cela doit être indiqué.

La conservation des fichiers

La conservation des photos numériques est souvent pratiquée par les professionnels, pour sécuriser leurs photos, comme service additionnel au client, ou pour leurs archives. Cela doit être précisé dans les CGV, surtout si les droits sont cédés.

La propriété intellectuelle

Ah la propriété intellectuelle ! Le photographe réalise les photos, mais à qui appartiennent les photos ? Cela doit être mentionné précisément. Si les photos sont cédés, il faudra signer une cession de droits sur les éléments. De même, si vous réutilisez les photos pour vos publicités, cela doit être inscrit dans vos CGV.

Amender et compléter par un contrat particulier

Il est tout à fait possible d’ajouter, lors de la signature du contrat, un contrat particulier, supplémentaire, qui complète les CGV et les précise ou les modifie. Cela permet d’avoir une relation personnalisée avec son client.

Plus d’informations sur les conditions générales de vente à destination des photographes.

Advertisements

Cours de photographie Niveau 2

Photo Niveau 2

École de photographie Jean-Paul Boudreau

 Atelier photo Niveau 2

Date: 20 juin 2015

Endroit : 274 rue Boudreau, Beresford

Coût : 175$

Places disponibles: 8

L’atelier Niveau 2, d’une durée d’une journée, a été développée principalement dans le but de d’offrir l’occasion de mettre en pratique les notions apprises par les participants du Niveau 1 ainsi qu’à tout autres photographes amateurs qui sont déjà  familier avec leurs appareils et les fonctions du diaphragme et de l’obturateur. Durant cette journée de photographie pratique, je vous accompagnerai dans des situations diverses vous permettant d’apprendre à contrôler l’exposition, la profondeur de champs et les mouvements. Vous aurez également l’occasion de mettre en pratique l’utilisation des diverses règles de composition.

Déroulement de la journée

8 :30h              Accueil et familiarisation avec le déroulement de la journée et les endroits visités

9 :00h              Contrôle du mouvement – 274 rue Boudreau, rivière Millstream

12 :00              Diner inclus au 274 rue Boudreau – période libre

13 :00h            Profondeur de champs – Passerelle Parc de la plage – Beresford

14 :30h            Déplacement à l’Ile Pokeshaw – possibilité de co-voiturage

13 :00h            Composition – Ile Pokeshaw

17 :30h            Fin de l’atelier

Les frais de cours sont 175$, et devront être reçu au plus tard le 7 juin 2015 pour que je puisse confirmer votre place.

Vous aurez besoin de:

Votre appareil photo, un trépied et des cartes mémoires totalisant au moins 16MGB,

De l’eau et des collations pour la journée,

Des vêtements et des chaussures appropriés pour la journée,

Un sac de vidange grand format pour vous mettre à genou ou vous allonger part terre pour éviter de vous tremper.

Si la température n’est pas clémente l’atelier sera remis au lendemain.

Pour vous inscrire, visitez http://www.jeanpaulboudreauphotographie.com, dans la rubrique Niveau 2 appuyez sur l’onglet  »Inscrivez-vous », sur le formulaire  »Inscription » choisissez la date 6/20/2015, remplissez le formulaire et en bas de celui-ci, appuyez sur l’onglet  »Je m’inscris ».

Veuillez noter que le fait de vous inscrire ne garanti pas votre place advenant un trop grand nombre de participants. Toutefois, dès que j’aurai reçu votre paiement je serai en mesure de garantir votre place.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me communiquer.

Au plaisir de vous revoir ou de vous rencontrer et de partager mes connaissances avec vous.

Jean-Paul

Protection de votre objectif – Filtre vs sans filtre

Une polémique existe concernant l’utilisation de filtre pour protéger vos objectifs.

Le filtre de protection le plus souvent utilisés est le filtre neutre ou filtre UV. À l’époque de la photographie argentique ou la pellicule était utilisée, le filtre UV servait à diminuer les rayons ultra-violets qui avaient tendance à rendre les photos bleuâtres.  Aujourd’hui, la photographie numérique permet de corriger cet effet par le biais de logiciel de retouches en utilisant la balance des blancs. Toutefois, ce même filtre sert aujourd’hui principalement à protéger les lentilles de vos objectifs.

Certains photographes sont anti-filtre, arguant que l’utilisation d’un filtre diminue la qualité de l’image, tandis que les pro-filtres maintiennent que l’utilisation d’un filtre protège l’intégrité de votre lentille.

J’avoue que pendant longtemps, j’étais plutôt sur la clôture entourant la question de ce débat, choisissant quand même d’utiliser un filtre protecteur avec quelques doutes concernant la dégradation de mes photos. Toutefois, un incident récent m’a permis de faire un choix décisif en la matière.

En avril, j’ai eu l’occasion de faire un voyage en Floride dans la région de Sarasota. J’allais finalement atteindre un de mes objectifs celui de photographier des coucher de soleil sur le Gulf du Mexique. Lors de ma première sortie, j’ai décidé d’utiliser mon objectif grand angle 14 x 45 mm Nikon. Dès les première photos en regardant dans mon viseur, je crue percevoir que ma lentille était très sales.

En regardant celle-ci, quelle ne fut ma surprise de constater que mon filtre de protection était fracasser. Pourtant, j’avais pris soin d’emporter mon sac dans l’avion avec moi, et à aucun moment, j’avais senti aucun choque. L’incident demeure un mystère.

Broken filter-2338 copy

La réalité est que sans mon filtre protecteur, mon objectif de 800$ aurait été bon pour la poubelle. Il va sans contredit que je suis maintenant plus que jamais un adepte de filtre protecteur pour mes objectifs. Bien que je suis un peu puriste face à la qualité optimale de mes photos, je demeure réaliste vis-à-vis mon budget.

Il va de soit qu’un filtre additionnel peut diminuer la qualité des images mais de façon infime. L’important, c’est d’utiliser un filtre de haute qualité plutôt qu’un à bon marché. D’ailleurs, à quoi servirait d’investir une somme importante pour un objectif de haute qualité, pour ensuite le couvrir d’un filtre protecteur de base qualité? Il est important de ne pas lésiner sur la qualité du filtre puisqu’il se place entre votre objectif et la lumière. Il peut donc dégrader l’image de façon visible s’il est de mauvaise qualité visible. D’autre part, Il serait également peu judicieux d’investir dans un filtre de très   haute qualité pour le placer sur un objectif ‘’kit’’ de moindre qualité.

Un filtre de moindre qualité a le fâcheux effet d’accentuer les reflets de lumière puissante tel le soleil. Penser à ces reflets directionnels causés par une source de lumière trop prêt du cadre. Je vous conseil d’essayer un filtre de base qualité et un de haute qualité avant de faire votre achat. Diriger votre appareil directement vers le soleil, vous pourrez constater qu’en utilisant un filtre de haute qualité, les reflets du soleil sont considérablement moins présents.

La plupart des marques de filtre offrent des bas et haut de gamme. Il suffit de choisir celui que vous désirez et de vous assurer qu’il soit du même diamètre que votre objectif.

J’espère que ces conseils sauront vous guider dans votre choix.

Comment prendre soin de votre équipement photographique

Nos appareils et nos objectifs sont des pièces d’équipement de haute technologie, nous devons donc les traiter comme tels. Voici quelques conseils pour bien maintenir vos pièces d’équipement pour assurer qu’ils vous donnent continuellement un plein rendement à long terme.

Évitez les choques

Certaines composantes sont sensibles aux choques, entre autres,  palettes du diaphragme dans vos objectifs. Prenez soin de toujours passer la bandoulière à votre coup lorsque vous prenez votre appareil. Un accident arrive très vite. Procurez-vous un bon sac sécuritaire pour le transport.

Minimisez la poussière

Ne laisser pas votre appareil hors de son sac lorsque vous ne l’utilisez pas. À la longue, la poussière ambiante peut s’incruster sur le fini de vos pièces d’équipement. Gardez toujours le couvercle de protection sur vos objectifs lorsque vous ne les utilisez pas.

Le plus grand désavantage de l’appareil numérique selon moi, se manifeste lorsque qu’on désire échanger nos objectifs. Du moment où vous enlevez votre objectif, l’intérieur de votre appareil se retrouve ouvert et vulnérable aux poussières. Celles-ci peuvent finir par ce logé sur votre capteur et c’est à ce moment que vous commencer à voir des taches sur vos photos. N’essayez surtout pas de nettoyer votre capteur vous-même. Ce procédé doit être effectué par des techniciens entrainés utilisant des produits spécialisés. Autrement, vous risquez certainement d’endommager votre capteur. Le remplacer engendrera des couts élevés. Les poussières sur le miroir n’affectent pas les photos, bien qu’on puisse parfois les voir dans notre viseur. Le miroir est nettoyé en même temps que le nettoyage de votre capteur.

Quand vous devez changer d’objectif, tâchez de le faire dans un environnement libre de poussière. À l’extérieur, évitez de le faire dans des conditions de vent, pluie ou neige. Faites en sorte que le procédé se fasse aussi rapidement que possible. Ayez l’objectif que vous désirez mettre en place prêt à monter sur votre appareil.

ventouse-1 copy

Le nettoyage des lentilles de vos objectifs

Il y a deux genres de poussière, celle dites organiques et celles non-organique. Les poussières inorganiques sont souvent les plus faciles à enlever, pendant que les poussières organiques, ont tendances à laisser des traces circulaires quand on les nettoie. S’il vous faut nettoyer vos lentilles ou filtres d’objectifs, tâchez premièrement d’utilisez une petite brosse à ventouse  à cet effet, en balayant du centre vers l’extérieur du périmètre de la lentille. Pour les poussières organiques, utilisez au besoin seulement de l’eau distillée. Les liquides nettoyant risquent d’endommager les enduits protecteurs de vos lentilles. L’eau du robinet contient des particules minérales qui risquent de causer des égratignures. Utilisez seulement du papier ou tissu à cet effet. Frotter légèrement de façon circulaire en partant du centre de la lentille en allant vers l’extérieur. Ne frottez jamais vos lentilles vigoureusement, appuyez légèrement avec le papier ou tissu.

D’ici les prochains jours, je vais dévoilé mon cédule de cours et ateliers pour le printemps et l’été 2015.

Surveillez vos courriels pour les détails.

Poursuivez votre passion!

Jean-Paul Boudreau

Dix projets pour devenir meilleur photographe

 

Comme certains d’entre vous, l’hiver est pour moi la saison idéale pour éditer mes photos faites durant l’année précédente. Cet hiver fut pour moi une année bannière en fait d’éditage de photos puisque j’en avais accumulé pendant les derniers trois ans. J’ai pris l’habitude durant les périodes printanières, estivales et automnales, de simplement glaner mes photos prises et d’éditer ce qui me parait à première vue la ou les meilleures. Je sauvegarde le reste pour plus tard, soit l’hiver durant les longues journées froides et inhospitalières. Le temps venu, je suis heureux de découvrir parmi ces photos d’autres petits joyaux et même de rééditer certaines puisque j’améliore constamment mes connaissances avec les logiciels d’édition.

Puisque cet hiver je me suis rattrapé, il me reste que très peu de fichiers à éditer. Tout à coup, je réalise qu’à moins que je me discipline à créer plein de nouvelles photos durant les prochaines saisons, je pourrais manquer de photo l’hiver prochain et me retrouver à m’ennuyer ou être forcé à braver les rigueurs de l’hiver, un prospectus peut attrayant dans mon cas et pour bien d’autres photographes. De toute façon, le but de mon article présent est de vous sensibiliser au besoin d’une bonne planification pour vous assurer d’être productif à vos temps favoris de l’année et d’accumuler une bonne quantité de photos pour les jours ou vous préfèrerez rester à l’intérieur.

Imaginer et réaliser vos propres projets photographiques est un excellent moyen de vous assurer que vous n’arrêtez pas de produire de nouvelles photos, en ayant toujours quelque chose à photographier. En réalité, ces projets vous permettront d’assurer votre croissance en temps que photographe en mettant constamment vos  compétences au défi. Les projets photographiques peuvent  faire de vous un meilleur photographe, en vous encourageant à sortir avec votre appareil photo. Certains projets photo peuvent être de courtes durées, quelques heures, une journée, pendant que certains peuvent être à plus long termes voir des mois ou des années. Choisissez des sujets qui vous intéressants, vous verrez votre créativité et votre inspiration atteindre des niveaux inattendus.

N’hésitez pas à abandonner un projet s’il se révèle non attrayant une fois commencé ou complètement au dessus de vos habiletés. Un projet doit être amusant et doit piquer votre intérêt. Bien que vous deviez vous attendre à un certain degré de difficulté, dans les cas extrêmes, vous êtes de mieux passer à quelque  chose de plus convenable pour vous que d’être désenchantés. A titre d’exemple, je vous propose 10 projets qui devraient vous tenir occupés pendant un certain temps.

 

Projet # 1 : Portrait de gens dans votre environnement

Il y a une richesse de possibilités photographiques dans votre région, que vous n’avez jamais exploré. Choisissez un thème spécifique, tels que le travail, les loisirs, style ou espace de vie. Parmi les sujets à considérer, il y a les terrains de camping saisonniers, les employés municipaux au travail, les sports communautaires ou de compétition, les grands rassemblements, les foires municipales ou commerciales, les expositions de voitures antiques, les défilés ou l’activité des pécheurs au quai. Éventuellement, le mot se répandra,  et vous serez surpris de voir combien de gens sont ouverts pour être photographiés et combien de nouvelles gens vous rencontrerez.

gens en action copy gens en action-1 copy              gens en action-2 copy

Projet # 2 : Portes et fenêtres

Les portes et les fenêtres sont partout : nous y sommes exposés sur une base quotidienne. L’écaillage de la peinture, les vieilles fenêtres ornementales, les cadres de fenêtres de vielles maisons avec leur boiserie exposées aux intempéries, les portes en bois de vielles édifices, soit négligées ou peinturées. Ces sujets se retrouvent dans votre voisinage et dans les endroits que vous visitez lors de vos voyages.

Portes et fenetres copy                      Porte rouge copy

Projet # 3: Changer de ville ou village

Sortez de votre zone de confort et allez documenter la vie quelque part radicalement différent de l’endroit où vous vivez. Pas besoin se rendre au bout du monde. Allez simplement visiter pour la journée une autre communauté que la vôtre. Parfois, dans nos propres villes ou villages, nous sommes devenus aveugles aux possibilités de photos autour de nous. Bien des endroits nous sont familiers pour y avoir conduit en auto. Toutefois, explorer l’endroit à pied offre une nouvelle perspective qui vous permettra de saisir de nouvelles images.

Memremcook & Misc 172 (1) copy

Projet # 4: Le changement des saisons

Trouver un emplacement photogénique près de chez vous de sorte que vous pouvez y aller régulièrement et saisir les changements de saisons. Il peut s’agir de différents moments de la journée également, afin d’y saisir différentes lumières ou conditions météorologiques. Maintenez le projet tant et aussi longtemps qu’il détient votre attention. Le faire pendant toute une année vous procurera un ensemble de photos variées pour votre portfolio.

nos champs de ma fenetre été-1 copynos champs lumiere automne(1)-1 copynos champs matin hiver de ma fenetre-1-1 copy

Projet # 5 : Mouvements d’eau

Identifiez un petit ruisseau ou rivière près de chez vous, préférablement à un endroit où il y a des rapides, petits ou gros, et faites une série de photos saisonnières. Rappelez vous qu’en utilisant une vitesse d’obturateur lente, vous réussirez à capturer le mouvement de l’eau pour un effet de mouvement.

mini chute rocher eau chutes Pabineau -6833 copy caillous eau-1-6 copy

Projet # 6 : Prenez rendez-vous pour le ‘’portrait’’

Le portrait vous à toujours intéressé mais un millier de raisons vous en empêche? Voici un des projets les plus faciles à amorcer. Demandez à un ami(e) d’agir comme modèle. Expliquez lui votre projet et engager vous à lui remettre quelques photos qui en résultera. Vous serez surpris de l’intérêt que vous susciterez. Montez d’un cran le défi et planifiez de prendre en photo les gens qui vous sont chers. Vous connaissez quelques personnes âgées dans votre entourage, gagnez leurs confiances et documentez ces gens pendant qu’ils sont encore vivants. Vous connaissez  quelqu’un qui à une physionomie intéressante, dite leur ce que vous pensez et ce que vous aimeriez faire. Le pire qui puisse arriver est qu’il refuse.

Maman-1 copy Marie-Soleil Thériault 005_pp-1 copy  Nicole-2-1 copy

 

Projet # 7 : Les automobiles classiques

Les automobiles et leurs lignes vous intéressent? Visitez les concessionnaires prêt de chez vous et faite leur part de votre projet de documenter les autos de l’année. La majorité vous donnerons pleine accès à leur inventaire et vous vous en donnerai à cœur joie. Visitez l’exposition d’automobiles antiques et explorez les lignes osées et excentriques des années 50’, 60’ et 70’ enjolivées de chrome à volonté et d’intérieures colorés.

auto antique-1 copyauto antique-2-1 copy

Projet # 8 : À la découverte des oiseaux et des fleurs sauvages

La photographie d’oiseaux nécessite un objectif assez puissant. L’équivalent d’un 500mm à 1000mm est de mise afin de remplir votre cadre sans avoir à intimider votre sujet. Il va de soit que si vous installez un abreuvoir ou un distributeur de graine à proximité d’une de vos fenêtres, vous pourrez utilisez un objectif moins puissant entre 200 et 300mm. Vous découvrirez de façon intime le monde de l’ornithologie. Plus vous y investirez, plus performant et rapide sera votre objectif (grande ouverture de diaphragme) et vos photos seront de meilleur qualité. Il va de soit qu’il n’est pas donné à tous de se munir d’objectifs performants et de haute qualité. Faites le selon vos moyens.

Prenez soin de choisir un endroit ou il y a de la lumière au bon temps de la journée et si possible, avec un arrière plan contenant le moins d’éléments distrayants tels les lignes et poteaux téléphoniques.

Un exercice auquel j’aime m’adonner avec les goélands, c’est de les prendre en vol à bases vitesses d’obturateur afin d’allouer le mouvement, tout en suivant leur vol. Ils sont d’une taille qui se prete très bien avec un objectif de 200mm à 300mm.

Photo goeland-1 copyphoto goeland-1-1 copy

La photographie de fleurs sauvages s’effectue avec un objective macro (entre 60 et 100mm). La flore sauvage qui nous entoure est à la fois belle et abondante selon les saisons. J’ai entrepris ce projet en particulier en 1989. Au début, mon intention était d’en faire un projet de un an. À ma surprise, celui-ci dura cinq ans. Durant ces années, j’eu l’occasion de développer un intérêt particulier et même une passion pour les fleurs sauvages dans le Nord-est du Nouveau-Brunswick. Tout comme les oiseaux, les fleurs ont leurs histoires, leurs provenances, leurs utilisations et leurs environnements. Ce projet me permis de partir à la découverte pendant de nombreuses années et de produire une multitude de photos documentaires et artistiques de ces sujets fantastiques.

Fleurs sauvages lupins copy Fleurs sauvages-1-1 copy Fleurs sauvages copy

Les fleurs de nos jardins sont des sujets très attrayants également. Puisqu’elles sont facile d’accès, elles nous permettent de mettre à point nos habiletés avant de partir à la découverte de fleurs sauvages.

Photos fleurs domestiques

Projet # 9 – Vitrines

La plupart des anciennes rues commerciales de nos villes offrent un potentiel de photos de vitrines très intéressant. La combinaison des mannequins revêtus de la dernière mode vestimentaire, combinée avec parfois des éclairages d’appoint, permet de faire des photos inusitées. Les reflets dans les vitrines ne sont pas nécessairement négatifs si ont sait les incorporer dans notre composition.

Moncton rue Main manequin-5687 copy                   Moncton rue Main manequin-5688 copy

Projet # 10 – L’architecture urbaine

Ils me semblent que les villes, moyennes ou grosses, se font un devoir d’impressionner par leur architecture.  L’utilisation d’une grande focale soit entre 16mm et 35mm, permet de créer des perspectives intéressantes. Des focales plus puissante telles 100 ou 200mm permet d’isoler des détails. De toute façon, une richesse d’images y sont intégrées, à vous de les faires ressortir.

architecture-2-1 copy            architecture-2 copy

Ces projets ne représentes qu’une fraction des possibilités existantes, et j’espère qu’ils vous serviront de tremplins pour votre imagination, vous permettant ainsi de poursuivre votre passion.

 

Jean-Paul Boudreau

Photographe

 

Disparition des photos de la génération la plus photographiée

 

Pourrons nous accéder à nos photos numérisées d’ici 10 ans?

Les avantages de la photo numérique nous ont assaillies comme un tsunami depuis quelques années, surtout en réduisant les coûts  et en facilitant le partage par le biais de l’Internet. La plupart d’entre nous avons adopté le nouveau medium sans questionner les désavantages qui semblent à premier abord inexistants. Plus besoin d’imprimer nos photos et les placer dans des albums volumineux. Suffit de les cataloguer dans nos ordinateurs, sur des sites de partage de photos ou sur le  »Cloud ». Pourtant, certains gurus de l’informatique commencent à sonner l’alarme. Mike Yost, un photographe américain de renommé, est l’un de ces photographes qui provoque une réflexion sur la situation. Voir son blog ici : https://mikeyostphotography.wordpress.com/2015/01/31/the-most-photographed-generation-will-have-no-pictures-in-10-years/ Selon lui, la génération la plus photographiée n’aura aucune photo de disponible d’ici 10 ans. De plus, Vincent Grey Cerf, reconnu comme étant un pionnier fondateur de l’informatique, lors d’une présentation à l’American Association for the Advancement of Science à San José Californie, avertie qu’à moins qu’une solution soit identifiée, tous les documents et fichiers numérisés aujourd’hui peuvent devenir désuets d’ici 10 ans. Voir son article sur le site Petapixel: http://petapixel.com/2015/02/17/print-your-photos-or-risk-losing-them-to-the-digital-dark-age-internet-pioneer-warns/

Le problème réside dans le fait que les formats numériques utilisés aujourd’hui, seront probablement désuets d’ici 10 ans. Il suffit de se rappeler à titre d’exemple, que durant les années 80’, nos fichiers étaient sauvegardés sur des disques moues ou ‘’floppy disks’’. Aujourd’hui, nos ordinateurs n’offrent plus accès à ce medium. Les documents écrits et sauvegardés en format Microsoft Works ou Word Processor des années 90’ peuvent être très difficiles sinon impossibles à ouvrir dans Windows 7 ou des versions plus avancées.

Selon les experts, d’ici 5 ans le format CD sera désuets et les ordinateurs n’offriront plus l’accessibilité à ce format. Avec le développement informatique, les fichiers JPG et RAW seront possiblement remplacés par des fichiers plus avancés pour mieux accommoder le nombre de Méga pixels toujours grandissant. Il y a 10 ans, les cartes mémoire SD de nos caméras se limitaient à 52Mb, aujourd’hui, la carte moyenne offre jusqu’à 64 Gb, question de s’ajuster à la capacité des capteurs modernes. La carte SD est-elle appelée à disparaitre? Déjà, certains appareils photo permettent de transférer les données via Wifi. Que nous réserve l’avenir? De toutes évidences, nos données risquent d’être inaccessibles et donc perdues dans les années à venir.

Certains diront que ces commentaires sont alarmistes. Toutefois, si l’on regarde le développement technologique des années précédentes, il y sujet à prendre des précautions.

Niepcefirstphoto[1]

Première photo – La cour du domaine du Gras, dans le village de Saint-Loup-de-Varennes, première expérience réussie de fixation permanente d’une image de la nature

 

C’est en 1880 que la première photo imprimée durables fit sont apparition. Nicéphore Niépce un français en fut l’auteur et inventeur. Depuis ce temps et jusqu’à jusqu’à aujourd’hui, l’impression des photos à permis d’en  conservées un grand nombre, soit dans des archives ou simplement dans un album familiale. C’est photos représentent une richesse visuelle considérable. Avec elles, nous pouvons retracer visuellement l’histoire de nos sociétés précédentes et aussi de conserver des mémoires de nos vies depuis plus de 135 ans.

Tarsil Morrison-2-2 logo copy

Circa 1900

Wilfred Boudreau pris par Gérard Boudreau année 50-1 logo copy

Circa 1945

Enfants à Evangeliste et Exilda logo copy

Circa 1950

Anita et amies logo copy

Circa 1959

FF001-0981 Vieille maison familiale Claudette & Philippe retouched logo copy

Circa 1985

Blank.jpg (1 of 1)

Pour parer à toutes les éventualités, la solution primée est l’impression de vos photos les plus importantes. Le retour à l’album photo qui contient les événements les plus importants de votre vie est à considérer. Le coût d’impression d’une photo 4 x 6 est aujourd’hui très négligeable. L’impression de vos photos représentant votre portfolio d’artiste photographe ainsi que vos photos documentaires est plus que jamais important.

Chacun de vous peuvent faire la part des choses. En ce qui me concerne, je considère sérieusement à imprimer certaine de mes photos de famille et les placer dans un album. Quand à mon portfolio, je considère produire un livre qui servira de recueille pour mes descendants, puisque je voudrais qu’on se rappel de moi en terme de ce que j’ai vécu visuellement. Ceci peut paraitre comme un fardeau pour certains, d’autres y trouveront un plaisir en y voyant un bon projet d’hiver.

Plusieurs sites offrent la possibilité d’imprimer des livres tels qu’entre autres :

http://www.blurb.ca/

http://www.shutterfly.com/photo-books

http://www.snapfish.ca/snapfishca/photobook

Je vous partage ceci à titre de matière à réflexion seulement et non en temps que porteur de nouvelles négatives. Malgré l’inconnu, je compte bien poursuivre ma passion pour la photographie aussi longtemps que je le pourrai, et je vous en souhaite autant.

N’hésitez surtout pas si vous le désirez, de laisser  votre commentaire dans les cases à cet effet.

Jean-Paul Boudreau, Photographe

La texture, un outil d’accentuation

En faisant ma recherche sur le mot « texture » pour ce 25em article, j’ai été un peu déçu. Le dictionnaire Larousse offre une explication qui n’a aucun rapport avec le sujet dont je veux parler et Wikipedia offre une explication tellement scientifique que l’on a peine à s’y reconnaitre. Je vous offre donc ma définition de texture photographiquement parlant.

‘’La texture en photographie est un outil visuellement dynamique qui sert à accentuer les formes qui dirige l’œil en accentuant l’effet tactile de la surface mise en évidence.’’

Une photo fonctionne lorsqu’elle réussi à attirer l’attention de ceux qui la regarde. Beaucoup de photos atteignent ce but de diverse façon. Souvent des couleurs qui frappent l’œil sont utilisées. Des courbes visuelles sont également très efficaces à cet effet. Le positionnement du ou des sujets par le biais de la compositionnel est un outil de taille. Il  existe toutefois une autre méthode qui est souvent ignorée, celle de l’utilisation de la texture. Voici quelques façons d’utiliser la texture pour accentuer vos photos.

Le détail

Dans une photo de paysage, il est souvent pratique de mettre l’emphase sur l’avant plan pour entre autre mettre l’accent sur l’endroit. Dans cette première photo, la texture accentuée du sable affirme l’identité de l’endroit et en même temps, encourage l’œil à se diriger vers la partie supérieure de la photo. Dans la seconde photo, les brins d’herbe et la neige texturées, forment un contraste avec la portion enneigée du haut qui est dans l’ombre et qui présente très peu de texture. Dans la 3eme photo, la texture du sable donne un aperçu de ce que voient et ressentent les marcheurs en regardant leurs pied s’enfoncer dans le sable mouillé. Dans la 4eme photo, la texture offerte dans la partie gauche de la photo, sert à mettre en evidence ce morceau de bois sur la plage.

sable goulet soleil-1

Frost and snow 006

marcheurs sable baie -3305

Morceau de bois dans le sable 175 (1)-2

Le drame

La peinture écaillée des deux bateaux dans la prochaine photo, accentue le fait qu’ils sont vieux et abandonnés. Dans cette autre photo en noir et blanc, le soleil qui frappe de toute ses forces cet amoncellement de rocher, crée des ombres qui accentuent les détails des cailloux de la grève. Il s’en suit un senti de présence.

Bateaux Affinity  276

Rocher Petit-Rocher Sud N&B- 

L’information

Pour ceux d’entre vous qui ont participé à mes ateliers Niveau et 2, vous reconnaissez maintenant le rôle importants des lignes et courbes visuelles en composition. En accentuant la texture des  éléments de composition quand c’est possible, vous renforcez l’effet visual de ceux-ci. Dans la prochaine photo la texture du gros cordage en fait preuve.

cordage barachois N&B-

Dans la prochaine photo, la texture du sable se joint avec la lumière directionnelle et les bras de la jeune femme pour emmener l’œil vers son visage.

Marie Soleil Niveau 2 juillet 25 177

Pour atteindre un niveau supérieur de texture en photographie, ont doit utiliser une lumière oblique, plus souvent atteignable au début ou à la fin de la journée, ou encore par une lumière directe artificielle que procure un flash. Plus la lumière est oblique et plus elle est puissante, plus les texture se révéleront. À l’opposé, une lumière provenant du haut, comme à l’heure du midi, ne fera rien pour mettre la texture en evidence, puisqu’il y aura pas d »ombre. Les ombres accentuent la texture. Entre 11 :00h et 14:00h, le soleil est relativement haut dans le ciel, ce qui offre comme résultat des photos qui manquent de contraste et qui produit presqu’aucune texture. Également, la lumière tamisée d’une journée nuageuse diminue considérablement l’effet de texture. Les photos suivantes en font état.

camp fenetre bardeau brancche-1

Glaces quai Petit-Rocher -3119

La compréhension des effets de la lumière sur votre sujet est une des pierres angulaires de la maitrise de la photographie. Cette maitrise ne s’acquière pas en un jour, mais plutôt au fil des années, par la formation et la pratique. La bonne nouvelle est que plus longtemps vous y adonnez plus vous accumulez de connaissances pratiques. Je vous encourage à poursuivre votre passion.

Je remercie sincèrement tout ceux d’entre vous qui me partager vos commentaires et je vous invite à partager cet article avec vos amis.

Formation à venir

Cours Niveau 1 pour débutants : Beresford le 29 janvier 2015– 4 places de reste

Cours Niveau 1 pour débutants : Shippagan le 31 janvier 2015 – 3 places de reste

Ateliers de formation Lightroom 5 : Beresford le 21 février 2015

Pour vous inscrire, visiter le http://www.jeanpaulboudreauphotographie.com