Disparition des photos de la génération la plus photographiée

 

Pourrons nous accéder à nos photos numérisées d’ici 10 ans?

Les avantages de la photo numérique nous ont assaillies comme un tsunami depuis quelques années, surtout en réduisant les coûts  et en facilitant le partage par le biais de l’Internet. La plupart d’entre nous avons adopté le nouveau medium sans questionner les désavantages qui semblent à premier abord inexistants. Plus besoin d’imprimer nos photos et les placer dans des albums volumineux. Suffit de les cataloguer dans nos ordinateurs, sur des sites de partage de photos ou sur le  »Cloud ». Pourtant, certains gurus de l’informatique commencent à sonner l’alarme. Mike Yost, un photographe américain de renommé, est l’un de ces photographes qui provoque une réflexion sur la situation. Voir son blog ici : https://mikeyostphotography.wordpress.com/2015/01/31/the-most-photographed-generation-will-have-no-pictures-in-10-years/ Selon lui, la génération la plus photographiée n’aura aucune photo de disponible d’ici 10 ans. De plus, Vincent Grey Cerf, reconnu comme étant un pionnier fondateur de l’informatique, lors d’une présentation à l’American Association for the Advancement of Science à San José Californie, avertie qu’à moins qu’une solution soit identifiée, tous les documents et fichiers numérisés aujourd’hui peuvent devenir désuets d’ici 10 ans. Voir son article sur le site Petapixel: http://petapixel.com/2015/02/17/print-your-photos-or-risk-losing-them-to-the-digital-dark-age-internet-pioneer-warns/

Le problème réside dans le fait que les formats numériques utilisés aujourd’hui, seront probablement désuets d’ici 10 ans. Il suffit de se rappeler à titre d’exemple, que durant les années 80’, nos fichiers étaient sauvegardés sur des disques moues ou ‘’floppy disks’’. Aujourd’hui, nos ordinateurs n’offrent plus accès à ce medium. Les documents écrits et sauvegardés en format Microsoft Works ou Word Processor des années 90’ peuvent être très difficiles sinon impossibles à ouvrir dans Windows 7 ou des versions plus avancées.

Selon les experts, d’ici 5 ans le format CD sera désuets et les ordinateurs n’offriront plus l’accessibilité à ce format. Avec le développement informatique, les fichiers JPG et RAW seront possiblement remplacés par des fichiers plus avancés pour mieux accommoder le nombre de Méga pixels toujours grandissant. Il y a 10 ans, les cartes mémoire SD de nos caméras se limitaient à 52Mb, aujourd’hui, la carte moyenne offre jusqu’à 64 Gb, question de s’ajuster à la capacité des capteurs modernes. La carte SD est-elle appelée à disparaitre? Déjà, certains appareils photo permettent de transférer les données via Wifi. Que nous réserve l’avenir? De toutes évidences, nos données risquent d’être inaccessibles et donc perdues dans les années à venir.

Certains diront que ces commentaires sont alarmistes. Toutefois, si l’on regarde le développement technologique des années précédentes, il y sujet à prendre des précautions.

Niepcefirstphoto[1]

Première photo – La cour du domaine du Gras, dans le village de Saint-Loup-de-Varennes, première expérience réussie de fixation permanente d’une image de la nature

 

C’est en 1880 que la première photo imprimée durables fit sont apparition. Nicéphore Niépce un français en fut l’auteur et inventeur. Depuis ce temps et jusqu’à jusqu’à aujourd’hui, l’impression des photos à permis d’en  conservées un grand nombre, soit dans des archives ou simplement dans un album familiale. C’est photos représentent une richesse visuelle considérable. Avec elles, nous pouvons retracer visuellement l’histoire de nos sociétés précédentes et aussi de conserver des mémoires de nos vies depuis plus de 135 ans.

Tarsil Morrison-2-2 logo copy

Circa 1900

Wilfred Boudreau pris par Gérard Boudreau année 50-1 logo copy

Circa 1945

Enfants à Evangeliste et Exilda logo copy

Circa 1950

Anita et amies logo copy

Circa 1959

FF001-0981 Vieille maison familiale Claudette & Philippe retouched logo copy

Circa 1985

Blank.jpg (1 of 1)

Pour parer à toutes les éventualités, la solution primée est l’impression de vos photos les plus importantes. Le retour à l’album photo qui contient les événements les plus importants de votre vie est à considérer. Le coût d’impression d’une photo 4 x 6 est aujourd’hui très négligeable. L’impression de vos photos représentant votre portfolio d’artiste photographe ainsi que vos photos documentaires est plus que jamais important.

Chacun de vous peuvent faire la part des choses. En ce qui me concerne, je considère sérieusement à imprimer certaine de mes photos de famille et les placer dans un album. Quand à mon portfolio, je considère produire un livre qui servira de recueille pour mes descendants, puisque je voudrais qu’on se rappel de moi en terme de ce que j’ai vécu visuellement. Ceci peut paraitre comme un fardeau pour certains, d’autres y trouveront un plaisir en y voyant un bon projet d’hiver.

Plusieurs sites offrent la possibilité d’imprimer des livres tels qu’entre autres :

http://www.blurb.ca/

http://www.shutterfly.com/photo-books

http://www.snapfish.ca/snapfishca/photobook

Je vous partage ceci à titre de matière à réflexion seulement et non en temps que porteur de nouvelles négatives. Malgré l’inconnu, je compte bien poursuivre ma passion pour la photographie aussi longtemps que je le pourrai, et je vous en souhaite autant.

N’hésitez surtout pas si vous le désirez, de laisser  votre commentaire dans les cases à cet effet.

Jean-Paul Boudreau, Photographe

Advertisements

La ‘’Macrophotographie’’… à la découverte du très petit

Les termes ‘’macro’’ ou ‘’photo macro’’ sont souvent utilisés pour décrire la macrophotographie. L’aspect technique est très bien expliqué dans Wikepedia : ‘’ La #macrophotographie est l’ensemble des techniques photographiques permettant de photographier des sujets de petite taille entre les rapports de grandissement 1:1 et 10:1. Le terme désigne l’activité photographique associée à ces techniques. En effet, de manière classique, une macrophotographie est une photo dont la taille du sujet sur le négatif est plus grande que la taille réelle. Cependant, avec l’évolution des formats de films et le passage à la photographie numérique, dans l’usage moderne, le terme désigne également une photographie finie d’un sujet à une taille plus importante que la taille réelle.’’. La photo macro se fait habituellement avec un objectif dit macro et qui incorpore une capacité entre 1 :1 et 1 :4. Un rapport 1 :4 vous permettra de reproduire un sujet à sa grandeur réel lorsqu’imprimé sur du papier 10 x 15 cm. Un rapport 1 :1 vous permettra d’autre part de vous rapprochez davantage  votre sujet, tout en étant capable d’effectuer une mise en foyer. Il est possible de faire de la photographie macro de façon moins onéreuse en utilisant des tubes d’extension. Ceux-ci se placent entre l’objectif et le boitier. Toutefois, il y a certains désavantages à utiliser cette méthode, soit la perte de plusieurs stop de lumière, ce qui peut rendre la tache difficile lorsqu’on travaille avec des insectes qui bougent, et une certaine perte de précision et netteté de l’image. Untitled2Untitled3 Tubes d’extension                                       Objectif 100mm macro 1:1 Le manque de flexibilité des tubes d’extension est la raison principale pourquoi la plupart des photographes amateurs optent pour l’achat d’une lentille macro. Un objectif fixe et non un zoom, ceux -ci sont offert en divers formats, soit 60mm, 90mm, 100mm ou 110mm. Par expérience je préfère travailler avec un 100mm. Selon la qualité, les prix peuvent varier de 600$ à 1200$. Maintenant que la table est mise de façon rudimentaire, je préfère vous parler des plaisirs de la macrophotographie. Quand je regarde au travers de mon objectif macro, j’ai toujours l’impression de regarder dans un microscope. Tout à coup, ce monde que je connais de façon distant et miniature, s’offre à moi comme si j’y étais. En observant une abeille butinant dans le cœur d’un tournesol, j’ai l’impression de me tenir sur une pétale tout près. Quand l’abeille à fini son travail, je peux me permettre de m’approcher du cœur de la fleur et d’apprécier son architecture naturelle. abeille tournesol-5181 copy tournesol -5177 copy Quand je déplace mon regard pour voir l’environnement immédiat, je découvre des formes gracieuses parmi les plantes qui s’apparentent à un univers de géants. 10 Nodding thrillium copy Pendant environ cinq ans et utilisant de la pellicule diapositive, j’ai eu l’occasion de découvrir de très près l’univers de la flore de notre zone tempérée. Ce fut pour moi un voyage d’exploration personnel dont les souvenirs sont encore très vifs dans mon esprit. Box 10 #40 copy Box 10 #85 copy copy Box 10 #64 copy Parmi les nombreuses découvertes que j’ai fais furent l’interaction entre les plantes et les insectes et les jeux de lumière exotique. C’est durant cette période que j’ai réussi à développer mes connaissances et habiletés avec la profondeur de champ, la vitesse d’obturateur, la lumière à contre jour, la saturation des couleurs, les formes et la composition. C’est un exercice que je vous recommande. Box 10B #73 copy Feuille de vigne garage logo DSC_9974Box 10B #97 copy                    feuilles début automne back lit-4910 copy   Box 10 #51 copy                         Box 10A #32 copy Un autre  aspect d la photographie macro qui continu à m’animer aujourd’hui est celui de la photographie abstraite. La nature m’offre une quantité illimitée de sujet qui me permet d’exprimer les sensations que j’éprouve face à la complexité et les merveilles de celle-ci. En utilisant la méthode de foyer sélectif, il est possible de créer des images qui reflètent mon état d’âmes quand j’explore le monde du tout petit. Que ce soit après une fine pluie dans les aiguilles de pins ou lorsque le soleil du matin illumine la brume au travers des toiles d’araignées, ou infime portion de glace près de la rivière, l’expérience s’avère à chaque fois sublime. Si vous songez à acquérir un nouvel objectif, n’hésitez pas à considérer une bon objectif macro. Vous en aurez pour des années de plaisir. abstract 25 (1) copy abstract 29 (1) copy ABSTRACT 32 (1) copy  Abstract water motion iceIMGP1775 copy flipped (1) copy   Si vous songez à acquérir un nouvel objectif, n’hésitez pas à considérer une bon objectif macro. Vous en aurez pour des années de plaisir. Vous connaissez quelqu’un qui pourrait profitez de ces quelques conseils? N’hésitez pas à partager. Dites leurs également que je vais offrir un cours de photographie Niveau 1 en janvier et février à Shippagan et à Beresford. Pour ceux d’entre vous qui désir apprendre à maitriser la modification de leurs photos, j’offrirai un atelier d’une journée en février sur le logiciel Lightroom 5, un logiciel performant et facile à apprendre. Poursuivez votre passion! Jean-Paul Boudreau Photographe

Faites des photos de voyage pour vous

Lorsque que je vais en voyage, j’ai comme la plupart d’entrevous, le goût de ramener des photos souvenirs pour partager avec mes proches. Ces photos me semblent toutefois avoir une durée de vie relativement courte puisqu’elles sont surtout prisent sur le vif. Quelques semaines après mon retour, elles tombent dans l’oubli et ne font qu’occuper de l’espace sur un de mes disques durs. J’ai donc pris l’habitude de faire aussi des photos pour moi. Celles-ci sont plus personnelles et parce qu’elles reflètent mes sentiments du moment, elles me procurent une grande satisfaction en temps que photographe et elles sont utiles pour biens des années à venir.

Mon approche est la suivante; au lieu de tenter de capturer tout les éléments visuels que je vois, je cherche plutôt à isoler ceux qui semblent représentatifs et qui me touchent particulièrement. Cette démarche demande une certaine discipline puisqu’il s’agit de prendre une approche d’élimination plutôt que d’inclusion, en éliminant les éléments qui distraient du sujet principal. Je reviens donc à ce que j’enseigne; la première question que le photographe doit se poser est, ‘’Quel est mon sujet’’? Une fois que la réponse est évidente, il s’agit de traiter ce sujet de façon intime. Je me serre au choix, des techniques qui me permettront d’isoler le sujet, cadrage serré, peu de profondeur de champs, lumière, exposition et perspective. Les photos suivantes illustrent mon approche.

Sentiments de chaleur

La première photo montre une vue d’ensemble de voiliers à Cuba en 2009. Bien qu’elle soit correcte, je me suis dis qu’elle ne transmettait pas exactement mon humeur et la chaleur intense du moment. En cadrant plus serré, ca m’a permis d’inclure davantage de couleurs chaudes dans l’image, tout en retenant l’essence du sujet.

Cuba 2009 774 copy

Cuba 2009 775 copy

De retour à l’ombre sous les palmiers, j’ai continué à explorer mentalement les possibilités de transmettre ce sentiment de chaleur par la simplicité. Les pieds de mon épouse sur le sable chaud devinrent un sujet évident dans la prochaine photo.

Mexico Claudette 089 copy

Architecture et Art

Les voyages nous introduisent à des styles d’architecture nouveaux et des expressions artistiques  différentes. Mêmes si parfois de façon subtile, celles-ci excitent notre sens de la découverte, et par le fait même, sont des sujets importants. Par une soirée chaude et agréable, nous je déambulais une allée remplie de palmiers et de statues en pierre représentative du l’art mésoaméricain. L’utilisation d’un grand angle pour capter toute la scène ne permettait pas de produire techniquement une bonne photo. J’ai donc opté pour isoler une statue représentative. À chaque fois que je regarde la photo suivante, je revis ce moment.

Mesoamerican LR- copy

De tout les édifices que j’ai eu l’occasion d’admirer à Riviera Maya, la suivante est celle qui m’a le plus épater. Recouverte de plantes grimpantes, je peux encore sentir les parfums végétaux qui en émanaient.

édifice recouverte de plantes grimpante Mexico-140 copy

Voulant capturer ‘’un matin Mexicain’’, je me suis lever très tôt avant le lever du soleil et de mon balcon, j’ai inclus une portion d’un édifice au travers des frondes de palmiers hors foyer.

Cuba 2009 068 copy copy

Pour ceux d’entrevous qui ont séjournés dans les caraïbes, vous avez certainement eux l’occasion de visiter les expositions d’artistes dans les ruelles et de vivre des moments enchanteurs accompagnés de musiciens locaux. Comment ramener ses souvenirs? Mon approche semble avoir fonctionné dans les deux cas suivants en République Dominicaine.

Peintures Rep Dominicaine 2- 2011 056 copy                Musicien Rep Dominicaine 2- 2011 051 copy

Lors de bel après-midi de juin, derrière le Château Frontenac, ce mime me sembla reflété l’atmosphère et l’humeur des gens qui déambulaient le vieux Québec.

Mime Quebec 2010 218 copy copy

Humanité et culture

L’aspect humain et la culture sont des éléments qui sont très importants pour beaucoup de voyageurs. Encore là, l’approche intime et simple permet d’en saisir l’étoffe comme dans les photos suivantes réalisées au Mexique.

Cette mexicaine d’un certain âge, faisait la sieste à l’ombre dans une ruelle de Varadero.

Mexicaine agée au repos N&B-131 copy

Cette jeune fille de Riviera Maya prenait une douche publique après une baignade.

jeune mexicaine sous la douche-165 copy

Un élément incontournable dans le cheminement d’un photographe est le développement de son sens d’observation. Dans notre empressement à vouloir capturer ce que l’on voit, on oubli souvent de prendre le temps d’observer ce qui nous entour. Ceci est également très important lorsqu’on se retrouve dans un environnement dans lequel nous ne sommes pas familiers. Lors d’un de mes séjours en République Dominicaine, notre hôtel se trouvait à proximité d’un village de pécheurs. Quelle chance! Tout les matins, je m’assurais d’être présent lorsque les pécheurs s’afféraient à prendre la mer. Étant petit fils de pêcheur, je sentais une affinité avec ces gens qui bravaient la mer chaque jour pour leurs substances. D’ailleurs, mes souvenirs d’enfance sont remplit de moment précieux pour avoir eu l’occasion d’aider mon grand père qui péchait le saumon de l’atlantique dans les années 60’.  Dans les caraïbes, le métier de pêcheur de subsistance est encore un métier noble et ca se voyait sur les visages de des marins ce matin là. Ce qui attira toutefois mon attention fut le nettoyeur de plage qui s’afférait de façon dédiée à son boulot. Il représentait pour moi un certain contraste vis-à-vis les pécheurs.

Nettoyeur de côte Rep Dominicaine 2- 2011 258 copy

Satisfait de cette prise, j’étais sur le point de retourner à ma chambre lorsque j’aperçu du coin de l’œil, ces deux individus qui rayonnaient de contraste, c’est le moins qu’on peut dire.

Big guy small guy Rep Dominicaine 2011 137-137

J’avais pris l’habitude de m’en retourner en passant par les piscines extérieures du complexe ou nous logions. Je me suis retrouvé parmi une équipe de soccer espagnole qui s’en donnait à cœur joie dans une des piscines. Ils m’invitèrent à les prendre en photo.

équipe de soccer espagnole Riviera Maya Mexico-092 copy

Où que je sois, J’éprouve toujours un besoins et un réel plaisir de saisir visuellement le moment. Invariablement, je réussi à le faire en observant l’environnement dans lequel je me retrouve et en simplifiant mon approche. Cette photo prise par un beau matin à l’extérieur d’un restaurant sur la rue St-Anne à Québec en fait foie.

Quebec 2010 231 copy

La recette est la suivante : l’observation, la compréhension de du moment, l’identification du sujet, le traité dans l’intimité.

Je vous encourage d’essayer cette recette en y ajoutant des ingrédients qui vous sont propres.

Ceci devrait vous permettre de faciliter la poursuite de votre passion ou du moins, ramener des photos de voyage que vous avez faites pour vous.

Si vous connaissez quelqu’un qui pourrait profitez de ces quelques conseils, n »hésitez pas à partager.

Dites leurs également que je vais offrir un cours de photographie Niveau 1 en janvier et février à Shippagan et à Beresford. Pour ceux d’entre vous qui désir apprendre à maitriser la modification de leurs photos, j’offrirai un atelier d’une journée en février sur le logiciel Lightroom 5, un logiciel performant et facile à apprendre.

Jean-Paul Boudreau

Photographe

Comment photographier des silhouettes

Habituellement, je parle de l’importance de bien exposé votre sujet afin d’en faire ressortir les détails, les couleurs et les textures correctement. Il y a toutefois des occasions où l’ont veut faire exception à cette règle, surtout quand on veut faires des silhouettes.
Guimauve sur la plage Pecheur le soir
Les silhouettes sont une façon merveilleuse de produire des photos qui provoqueront des émotions et des humeurs à ceux qui verront vos photos. Celles si se démarqueront de vos autre photos par leur simplicité et la force du message qu’elles transmettront. Les silhouettes peuvent servir à accentuer le drame, le mystère, la quiétude, le danger et tant d’autres sentiments. Ce que j’aime surtout des silhouettes, c’est qu’elles ne racontent pas l’histoire dans tous ses détails et elles provoquent l’imagination.

Les photos qui suivent en font foie.

Photos silhouettesVaraderoPecheur coucher de soleilKayakeuse

Comment photographier des silhouettes

1. Choisissez un sujet visuellement fort

Ont peut faire une silhouette avec presque n’importe quoi, toutefois, certains sujets sont meilleurs que d’autres. Choisissez quelque chose dont la forme est forte et reconnaissable et qui sera assez intéressante dans sa forme bidimensionnelle pour retenir l’intérêt de ceux qui verront votre photo. En faisant des silhouettes, vous ne pouvez pas faire appel aux couleurs, textures et tons de vos sujets pour les rendent attrayant, donc les formes doivent être distinctes.

2. Fermez votre flash

Assurez-vous de réglé votre flash de sorte qu’il ne fonctionne pas durant la prise de vue. Vous ne voulez pas jeter aucune lumière sur votre sujet.

3. La lecture de lumière

La stratégie de base qu’il vous faut adopter pour produire une silhouette est de placer votre sujet (la forme que vous voulez en noir) à contre jour, c’est-à-dire entre vous et la source de lumière que vous allez utiliser. Vous devrez régler votre appareil de sorte à mesurer la portion de lumière la plus puissante (dans l’arrière plan) et non sur le sujet de votre photo. En faisant de la sorte, votre sujet sera sous-exposé, soit très foncé ou sinon noir pour accentuer l’effet du mystère. En somme, vous devez faire croire à votre appareil que ce sont les parties éclairées de l’arrière plan qui vous intéressent principalement.

4. Composez votre image

Composer votre photo de sorte à placer votre sujet devant un bel arrière plan brillant et simple. Habituellement les meilleurs arrière plans seront des ciels brillants sans nuages au soleil couchant ou levant. Positionnez votre sujet pour qu’il obstrue la source de lumière la plus brillante tel le soleil.

5. Faites des formes en silhouette distinctes et sans distractions dans l’arrière plan

S’il y a plus d’une forme ou objet dans l’image que vous tenter de mettre en silhouette, tenter de les tenir séparés. À titre d’exemple, si vous tenter de silhouetté un arbre et une personne, ne placez pas la personne devant l’arbre ou même appuyée sur l’arbre car ceci aura pour effet de confondre les deux forme en une. Ceci aura pour effet de porter à confusion quand à la forme que vous voulez créer.
Quand ont photographie un personnage en silhouette, il est préférable de les prendre de profil plutôt que de face. Ceci vous permettra de mettre en évidence les traits tels, le front, le nez, et la bouche. Vous pouvez faire exception et les photographier de dos à l’occasion.

6. Réglage de votre appareil

Évitez de régler votre appareil sur le mode automatique, puisque votre appareil tentera d’exposer votre sujet correctement, révélant ainsi ses détails et surexposant en même temps l’arrière plan. Optez plutôt pour le mode manuel en prenant une lecture de lumière sur la portion la plus brillante de la scène. Certains appareils offrent un mode de lecture de lumière central (spot metering) plutôt qu’une mesure moyenne ou multiple de la scène. Ce mode vous servira bien en permettant d’indiquer à votre appareil l’endroit exact où prendre la lecture de lumière.

7. Le foyer

Dans la plupart des cas, vous voudrez vous assurez que votre sujet en silhouette soit la portion la plus en foyer de votre photo. Je vous suggère d’utiliser votre foyer en mode manuel plutôt qu’en mode automatique.

8. Variations

Bien qu’une silhouette complètement noir peut produire une photo puissante, considérer également produire des silhouettes partielles où certains détails y sont présents. Parfois une ‘’touche’’ de lumière sur le sujet les rends un peu plus tridimensionnels et ‘’vrai’’.

Photo silhouette partielleTémoin

Le terme ‘’bracketing’’ en photographie signifie effectuer des prises de vue additionnelles à partir de la première en sous-exposant et surexposant un peu. Dans le cas de silhouettes, je vous suggère de faire des prises additionnelles de plus ou moins un Fstop et aussi de plus ou moins un demi-Fstop. Cette approche vous donnera un meilleurs choix quand viendra le temps de sélectionner vos photos en silhouette

Les Choix de sujets qui s’offrent à vous sont innombrables pour vous permettre de poursuivez votre passion!

PokeshawPhotographe lune havre

RAPPEL

Je vais offrir un prochain cours de photographie Niveau 1 les 24 mai et 7 juin prochains.
J’offre également un atelier d’initiation au ligiciel Lightroom5 le 19 avril 2014.
Les places se remplissent rapidement.

Communiquer avec moi si vous dérirez plus d’information.

Développez une intimité avec votre sujet

Vous vous êtes certainement demandé souvent; ‘’Comment certains photographes réussissent-ils à produire des images si expressives et puissantes?’’. La réponse réside en grande partie dans l’habilité de ‘’voir’’ qu’ils ont développé. Le grand photographe Freeman Patterson résume ceci dans le terme, ‘’L’Art de voir’’ et il le décrit de façon détaillé dans un des ces livres du même nom. Je vous propose une matrice disciplinaire pour y arriver, celle de développer une intimité avec votre sujet.

Faisant suite à un de mes articles précédents ; ‘’La photo à l’intérieur de la photo’’, je partage avec vous une méthode qui m’a permis au fil des années d’améliorer de façon graduelle et constante la puissance d’expression de mes photos. C’est d’ailleurs un objectif que je continue à prioriser comme étant une des pierres angulaires qui me permet d’améliorer ma façon de m’exprimer par mes images.

Le premier aspect de ce paradigme est très bien exprimé par Freeman Patterson lorsqu’il dit ; « Un peintre commence avec une toile vierge et il crée sa peinture en y insérant les détails de son choix. Le photographe lui, commence avec une toile contenant une multitude de détail. Il doit éliminer tous ceux qui sont superflus afin de créer une image puissante par sa simplicité. »

À la recherche d’images, nous abandonnons trop souvent notre quête après avoir saisi la première qui se présente à nous. Ce qu’il faut se rappeler, c’est le fait qu’elle nous soit parue si attirante était parce qu’elle contenait souvent plusieurs éléments visuelles d’intérêt. Ces éléments peuvent être entre-autres; la lumière, la texture, les lignes visuels harmonieuses, les mouvements, et j’en passe. Une fois que cette première image est réalisée, il s’agit alors de tenter d’identifier ces éléments, car à l’intérieur de ceux-ci se cache souvent d’autres images. C’est pourquoi je vous propose de développer une plus grande intimité avec votre sujet.

Lors d’un bref séjour à Shippagan durant lequel j’enseignais un cours de photographie pour débutants, j’ai profité de l’heure du diner pour y visiter le beau parc à l’extérieur de l’Aquarium et Centre marin. Ma première photo fut bien sur celle incluant le phare.

Phare de Shippagan DSC_0224 (2)

J’ai fais ma deuxième photo en étudiant les éléments de l’image qui s’offrait à mes yeux, il devint évident que les formes et les couleurs des cages à homards constituaient à elles mêmes des éléments visuels qui m’attiraient.

Phare de Shippagan DSC_0224 (3)

Poursuivant l’exercice visuel, je me suis mis à longer la passerelle qui menait au phare, tout en regardant l’eau au pied de celle-ci. Quelle ne fut ma surprise de constater que mon ombrage se dessinait clairement sur l’eau dû à la lumière qui venait de derrière moi. C’est à ce moment que j’ai fais ma troisième photo.

Silhouette pahre de Shippagan DSC_0230 (4)

Me sentant satisfait de mes trois prises, je décidai de m’en retourner. En me dirigeant vers le stationnement, je remarquai à nouveau l’énorme encre de bateau que j’avais aperçu en arrivant.

Phare Shippagan DSC_0243 (1)

En m’y rapprochant, je fus saisi par la beauté de l’usure et la corrosion recouvert de peinture de se relique. C’est à ce moment que j’ai choisie mon objectif macro 60 MM afin de mieux explorer les textures de cet objet. Voici le résultat de ma quatrième photo.

Surface encre Shippagan DSC_0258 (1)

L’exercice que je viens de vous décrire s’est déroulée en l’espace d’environ trente minutes seulement. Je vous avoue qu’il y à 10 ou 20 ans, j’aurais probablement plié bagage après avoir capturé la première image. Mes années d’expérience m’ont appris à prendre le temps de mieux étudier les éléments visuels d’une scène. C’est une discipline que je vous propose dans votre quête pour des photos plus expréssives.

Voilà un élément additionnel qui devrait vous permettre de poursuivre votre passion.

Les 4 axes d’apprentissage pour photographes amateurs

Apprendre à faire de belles photos peut sembler un défi énorme pour le photographe amateur débutant. Le simple fait de s’acheter un appareil plus performant n’est pas nécessairement la solution, puisque pour le novice, sa complexité au début, fait partie de la courbe d’apprentissage. Au même titre que d’autre forme d’expression visuel tel le dessein, la peinture ou la sculpture pour en nommer quelques-uns, la photographie est un art qui s’apprend, se cultive et s’apprivoise. L’appareil photo est au photographe ce que le crayon est au dessinateur, le pinceau au peintre, et le ciseau au sculpteur, simplement un outil dans les mains d’un créateur. Cet outil est le medium au travers duquel l’artiste s’exprime, c’est pourquoi l’outil doit être maitrisé par le biais de l’apprentissage. Dans toutes disciplines, à mon avis, les principaux communs dénominateurs de l’apprentissage sont les suivants ; l’intérêt, la formation, l’expérience et la persistance.

L’intérêt peut faire surface à n’importe quel temps dans votre vie. Elle peut prendre diverses formes et provenir de diverses sources selon les individus. Dans mon cas, lors de notre voyage de lune de miel au Mexique, la frustration au retour de n’avoir pu capturer l’essence des moments vécus, fut l’étincelle qui alluma mon intérêt pour la photographie. Que votre intérêt soit les photos de famille, de paysages, de nature, ou de sport, pour en nommé que quelques-uns, car ils sont multiples, le désire est le même, soit de capturer des moments tels que vous les avez ressentis. Soyez averti qu’avec le temps, l’intérêt se transforme souvent en passion.

La formation est un élément incontournable, puisque qu’elle permet de progresser de façon constante et par le même fait, nourrir votre intérêt. La plupart des gens réussissent à progresser par eux-mêmes au début et à certain étapes durant leurs apprentissages. Toutefois, il nécessaire que votre apprentissage soit ponctué de formation, sinon, vous aurez tôt fait de vous sentir enlisé. Au tout début, munissez-vous d’une bonne formation de base, celle-ci vous permettra de partir d’un bon pied. Beaucoup trop de gens sautent cette étape et le résultat se voit dans leurs photos par la suite. À divers intervalles, investissez dans des ateliers de perfectionnement selon vos intérêts particuliers. Ceux-ci agissent comme des agents propulseurs qui vous permettent non seulement d’améliorer vos techniques mais aussi d’en découvrir des nouvelles. Rien de tel pour nourrir l’intérêt et en même temps assurer votre progression.

L’expérience s’acquière par l’entremise de la pratique au cours du temps. Un appareil photo laisser dans son sac trop longtemps ne contribue en rien à votre progression. N’attendez pas que l’occasion se présente, réservez vous du temps pour faire de la photo au moins une fois par semaine. Que se soit à l’intérieur de votre demeure, ou lors d’une marche à l’extérieur, utilisez ce temps pour mettre en pratique ce que vous avez déjà maitrisé en y incluant ce que vous avez appris récemment. En termes de sujet, soyez attentif aux formes qui vous entourent et à la façon dont la lumière s’y dépose. Pensez en dehors de la boite, sortez de vos sentiers battus et soyez créatifs. N’ayez crainte de ne pas réussir vos photos du premier coup, c’est par les essais et les erreurs que l’apprentissage se fait. Considérez joindre un club de photographie pour amateurs. Ces regroupements pour la plupart contiennent des gens comme vous à la recherche de conseils. Certains seront plus ou moins avancés que vous, mais la plupart partagent les mêmes intérêts. Que se soit à l’intérieur ou à l’extérieur de ces cercles, tentez d’identifier un mentor. Parmi ces photographes qui possèdent plus de connaissances, certaines seront ravis de vous offrir de bons conseils et de suivre votre développement.

 La persistance est un ingrédient essentiel pour votre réussite. Chacun de nous possédons des aptitudes différentes face à l’apprentissage. Certains saisissent très rapidement, tandis que d’autres doivent travailler plus fort et plus longtemps. Quand je regarde les photos que je produisais il y a 20 ans et que je les compare à celles que je produits aujourd’hui, j’y vois une progression graduelle constante.

En conclusion, la photographie est un medium qui s’apprend au fil des ans. Il n’existe pas de formule rapide. Peut importe quel est votre niveau d’intérêt pour la photographie, c’est quatre axes d’apprentissage s’appliquent et elles vous permettront de progresser de façon constante. 

Poursuivez votre passion!

 

À qui confier l’impression de vos photos

À qui confier l’impression de vos photos

L’impression de photos fait partie intégrale de la photographie. Certains photographes professionnels vous dirons qu’un photographe doit être en mesure d’imprimer ses photos lui-même afin de contrôler le résultat final. Il n’est cependant pas donné à tous de nourrir assez d’intérêt envers l’impression de ses photos, vu l’apprentissage qui nécessite beaucoup d’effort et de temps et l’investissement considérable. Imprimer ses photos soi-même est également dispendieux. Les imprimantes bon marché utilisées pour l’impression de documents ne sont pas à la hauteur pour reproduire des images de qualité professionnel. Il vous faudra investir dans des imprimantes plus performantes. Pour les budgets restreints, des imprimantes dites ‘’dédiées’’ petits formats, jusqu’à 5×7, sont disponibles à partir de 500$. Prévoyez environ 250$ pour chaque remplacement d’encre.

http://www.epson.fr/fr/fr/viewcon/corporatesite/products/mainunits/overview/9612

Parmi les imprimantes dédiés de plus haute qualité, on retrouve des modèle à environ 800$

http://thewirecutter.com/reviews/best-photo-inkjet-printer/

Il reste que ces modèles n’offrent pas la qualité et la profondeur des imprimantes de haute qualité dites ‘’presque dédiées’’. Celles-ci permettent de reproduire des photos avec une plus haute tonalité et plus de profondeur. La vie de ces impressions est également beaucoup plus prolongée. Celles-ci sont utilisées par les photographes amateurs sérieux ainsi que les professionnels. Ces imprimantes se retrouvent à des prix à partir de 4000$ et plus.

http://www.bhphotovideo.com/c/product/587264-REG/Epson_SP9900HDR_Stylus_Pro_9900_Printer.html

Comme vous pouvez le constater, l’impression de ses propres photos n’est pas donné à tout le monde. La plupart des photographes amateurs préfèrent consacrer leurs temps et argents à la production de photo, une majorité dont je fais partie. Un fait saillant, le partage de photos s’effectue de plus en plus par internet. Toutefois, il arrive que vous vouliez soit des impressions pour distribuer à votre famille ou soit pour encadrement. Dans ce cas, vous devez choisir votre fournisseur de façon judicieuse.

La qualité des services d’impression varient selon les fournisseurs. Par expériences, la plupart des magasins à grande surface et les pharmacies ne fournissent pas des résultats optimum et constants, principalement pour les raisons suivantes. La durée en poste des employés affectés à l’impression est souvent relativement courte, ce qui restraint leurs capacités d’apprentissage et la  maitrise du métier d’imprimeur. Soucieux de produire un grand volume au moindre prix, ils opèrent leurs imprimantes jusqu’à ce qu’elles soient vide d’encre. Les dernières photos imprimées seront de moindres qualités. C’est pourquoi vous serez étonnés du fait que parfois vos photos semblent êtres bonnes, tandis que d’autre fois elles sembleront médiocres, quitte à vous demandez qu’est-ce que vous avez fait mal lors de vos prises de vue.

Pour vous permettre de juger de vos progrès en photographie, il est très important que la qualité de vos impressions soit constante. C’est pourquoi vous devez choisir un fournisseur d’expérience, soucieux de vous fournir une qualité d’impression maximale continuellement. Prenez aussi l’habitude de stipuler que vous ne voulez aucune corrections. C’est la meilleur façon de bien percevoir votre progression. Parfois, vous trouverez ce genre de service chez les boutiques indépendantes qui spécialisent en en équipements photographiques. Selon mon expérience, les laboratoires pour professionnels et amateurs sont soucieux de fournir des services de hautes qualité. En général, leurs employés qui sont assignés à l’impression ont plusieurs années d’expérience dans le domaine et ils sont soucieux de remplir les besoins de leur clientèle professionnelle autant qu’amateur. Faites vos recherches, essayez-en quelques-uns jusqu’à ce que vous ayez trouvé votre fournisseur de choix.

À partir de là, vous pourrez vous consacrer entièrement à ce que vous adorez faire, de la photographie et surtout, de poursuive votre passion.